Environnement : Bientôt les emballages en plastique ne seront plus en circulation au Burundi

Environnement : Bientôt les emballages en plastique ne seront plus en circulation au Burundi

Environnement : Bientôt les emballages en plastique ne seront plus en circulation au Burundi ©DR

Omniprésent dans notre quotidien, les emballages en plastique deviennent de plus en plus un problème pour l’environnement. Pour pallier à ce problème, qui est loin d’être une exclusivité burundaise, le gouvernement burundais a publié un décret portant interdiction de l’importation, la fabrication, la commercialisation et l’utilisation des sachets et autres emballages en plastique. Une décision qui limitera de manière drastique la pollution causé par les emballages en plastique.

Selon ce décret datant du 8 août 2018, dans son article 3, l’importation, la fabrication, la commercialisation et l’utilisation des sachets et autres emballages en plastique ne sont prohibés sur le territoire burundais. Une mesure qui est entré en vigueur à la date de la signature du dit décret. Cependant, un délai de 18 mois a été accordé aux fournisseurs pour permettre l’écoulement des stocks existant.

Au-delà de cette interdiction des emballages en plastique, le dit s’accompagne néanmoins de quelques exceptions pour certains types de produit en plastique qui respectent les normes environnementales et/ou dont l’utilisation reste importante dans certains secteurs d’activité.

Comme spécifié dans l’article 4, ces produits sont : les sacs et les sachets en plastiques biodégradable, les matériels en plastique utilisés dans les services médicaux, les matériels en plastique utilisés dans l’emballage industrielle et pharmaceutique, les matériels en plastiques utilisés dans la construction industrielle, y compris les tuyaux de canalisation, les matériels en plastique utilisés dans la fabrication des tentes, les matériels en plastiques utilisés dans les laboratoire de recherche et les matériels en plastique utilisés dans l’enseignement comme matériels didactiques.

Toujours selon le décret, l’importation, la fabrication, la commercialisation et l’utilisation des produits bénéficiant de cette dérogation sera soumise à une demande écrite envoyé au ministère  charge de l’environnement. Une demande qui devra comprendre le motif, les quantités demandé et la période d’utilisation estimée ainsi que les modalités de gestion et d’élimination des déchets après leur utilisation.

Il est à signaler que toutes personnes disposant d’une autorisation d’utilisation des emballages en plastique devra prendre en charge le stockage, le recyclage ou la valorisation des déchets y compris les bouteilles et les flacons.

Cette interdiction des emballages en plastique vient non seulement réduire la pollution de l’environnement mais également ouvrir la porte à de nouvelles solutions en ce qui concerne les emballages. Des solutions plus respectueuses de l’environnement. Le décret, par ailleurs, dans son article 8 encourage les promoteurs économiques œuvrant dans les projets des sacs de substitution et dans le recyclage des sachets et autres emballage en plastique, d’investir dance ce secteur. En assurant que le Ministère en charge de l’environnement, en collaboration les ministères sectorielle, établit un texte d’application définissant les modalités d’encouragement.

Le Burundi via cette nouvelle disposition se tourne vers un système plus respectueux l’environnement pour une planète plus propre.

 

Moïse MAZYAMBO