Yves Ntirenganya : «Il nous faut une fédération de wushu»

Yves Ntirenganya : «Il nous faut une fédération de wushu»

Shifu Yves Ntirenganya, promoteur du wushu au Burundi ©Akeza.net

A la fin du tournoi de wushu dont la finale se déroulait au terrain du département des sports à Bujumbura , nous nous sommes entretenus  avec Shifu Yves Ntirenganya promoteur du wushu au Burundi et Maitre du tout premier club de wushu au Burundi. Il nous livre sa lecture du tournoi et celle du wushu globalement.

 

Akeza.net : C’est la fin du tournoi national de wushu. Quel est le bilan ?

 

Yves Ntirenganya : On avait organisé un tournoi de 7 clubs agrées, et 3 provinces  à savoir Muyinga, Bujumbura et Ngozi. Aujourd’hui c’était la finale, une finale qui vient d’être remportée par le club Wushu Bujumbura, qui est un club pionnier. Nous sommes satisfaits, le tournoi s’est  déroulé en toute tranquillité. Une coupe a été décerné au club champion, de certificats et médailles ont été remis aussi. Maintenant, on va devoir reprendre nos activités quotidiennes.

 

Akeza.net : Qu’en est-il du niveau affiché durant le tournoi ?

 

Yves Ntirenganya : Du point de vue technique le niveau s’accroit. Nous saluons aussi les gens qui se joignent de plus en plus à nous dans la pratique de cette discipline. Quand on a commencé cet art au Burundi, on était très peu nombreux, mais là on commence à s’étendre au niveau du pays. Nous sommes plutôt optimistes par rapport à l’avenir de cette discipline.

 

Akeza.net : Quid des soutiens ?

 

Yves Ntirenganya : Nous saluons l’accompagnement de l’Ambassade de Chine au Burundi dans nos activités, mais aussi le ministère ayant le sport dans ses attributions. Toutefois, nous tenons à demander encore plus de soutien de la part dudit ministère notamment en mettant en place une fédération nationale de wushu pour plus d’encadrement.

 

Propos recueillis par Armand NISABWE

Comments

comments