Yves Kami partage son expérience vécue à ONGALA MUSIC FESTIVAL

Yves Kami partage son expérience vécue à ONGALA MUSIC FESTIVAL

Yves Kami et  Olivier Riehl, musicien français flûtiste ©Akeza.net

C’était ce 19 octobre dans les enceintes de l’Institut français du Burundi (IFB) qu’Yves Kami dit Samandari, musicien burundais a partagé avec d’autres artistes l’expérience qu’il avait vécue au  Festival  de musique ONGALA qui a eu lieu à Dar es Salam en août 2018. A côté de lui, Olivier Riehl, musicien français flûtiste toujours dans la même optique du partage.

Les premières paroles d’Yves étaient de remercier l’IFB pour tout le soutien qui lui a été donné jusqu’à maintenant. Yves a même interpellé tous les artistes à « transformer ce centre en une famille ». Ensuite ce fut le moment d’entrer dans les détails de sa participation au festival ONGALA.

Lire aussi :Musique : Yves Kami sur la même scène que Chameleone au Sail and Sound 2018 en Tanzanie

« Si j’ai pu y arriver, c’est qu’un jour j’ai écouté ma petite voix qui me disait : Yves, sois original » a dit Yves. Pendant le festival, avec son groupe, Yves a donc voulu montrer son originalité. « Du blues au rythme du tambour burundais », Yves a tenté une autre dimension. Il a aussi  introduit dans sa musique des ustensiles traditionnels comme « urusyo », « urutaro ». Pour Kami, c’est  grâce à cette originalité qu’il se démarque des autres et qu’il a pu entrer en contact avec d’autres artistes musiciens expérimentés comme Fadhilee Itulya du Kenya.

« Soyons originaux » a été la première suggestion faite par Kami aux artistes burundais tenant compte de ce qu’il avait remarqué pendant le festival. Sa deuxième contribution était d’interpeller les artistes à être en permanente répétition. Il faut des techniques vocales. Yves a également évoqué le contrôle du souffle. Yves a particulièrement insisté sur l’importance de partager de l’émotion durant  les prestations, savoir contrôler sa peur sur scène, savoir utiliser les réseaux sociaux comme outil de communication dans l’industrie musicale.

Olivier Riehl quant à lui est revenu sur l’immense importance pour un artiste d’être original. Pour lui, il faut  savoir sélectionner ce qui t’intéresse dans tout ce que tu reçois et créer ton propre univers.  Il a aussi encouragé les jeunes artistes à ne pas attendre la perfection pour commencer à travailler.  Il n y a pas de recette magique dans la musique. Il faut toujours s’entrainer. Olivier donnera des leçons de flûtes à l’IFB durant une semaine aux enfants depuis ce mardi.

Olivier Riehl, flûtiste ©Akeza.net

Lire aussi :Yves Kami nommé ambassadeur de l’Africa Artist Peace Initiative(AAPI) au Burundi

L’échange s’est clôturé par une petite création sur place. Yves à la guitare, Olivier avec sa flûte et deux slameurs du collectif Jewe Slam pour un moment à plusieurs couleurs.

 

Huguette IZOBIMPA

Comments

comments