Young Dany du groupe Best Life diplômé à l’université : « ça n’a pas été facile mais j’y suis arrivé »

Young Dany du groupe Best Life diplômé à l’université : « ça n’a pas été facile mais j’y suis arrivé »

Young Dany lors de la cérémonie de remise de diplôme ©Bruno Photography

Lorsqu’on est jeune et passionné par la musique, avoir un parcours scolaire ou académique n’est pas évident à réaliser dans la plupart des cas. Au Burundi comme ailleurs, les jeunes abandonnent vite le chemin des écoles et des universités pour ne se concentrer que sur l’objet de leur passion. Cette lutte entre études et carrière musicale, Young Dany, membre du groupe Best Life Music, l’a connu. Le jeune artiste, qui a récemment obtenu son diplôme a connu les tiraillements et la tentation d’arrêter les études pour la musique. Un combat qu’il a gagné à coup de sacrifice.

« Cela a été très difficile, surtout au début. Vous savez, on a va à l’école puis un jour vient la passion de la musique. Celle-ci vous attire et il vous devient difficile de concilier les 2 », nous explique Young Dany.

Si pour le jeune artiste, le combat était entre sa passion et ses études, ce combat n’était pas vécu par lui seul. En effet, c’était une bataille que livraient également ces parents et sa famille qui avaient beaucoup de mal à voir leur enfants se tourner vers la musique au détriment des études. « C’était dur pour la famille et pour mon entourage, surtout pour les parents, vu leur investissement dans mes études. Ce n’était vraiment pas facile ».

Malgré cette bataille que se menaient sa passion et ses études, Youg Dany a trouvé la force et surtout un moyen de concilier les 2 tant bien que mal. « Même si c’était difficile, je me suis arrangé pour toujours avoir de bonnes notes à l’école. C’est ce qui calmait mes parents et ils me laissaient faire ma musique tant que j’étais bon à l’école ».

Mais lorsqu’on on doit donner l’avantage à une chose, alors qu’elle est en opposition avec une autre, le côté opposé fini par en souffrir. C’est ce qu’a connu le jeune chanteur qui devait très souvent mettre sa musique en suspend pour les études. « C’était dur pour moi de chanter dans ces conditions. Des fois je ratais des shows parce que je devais préparer un examen. Mais j’ai quand même eu de la chance puisque les amis du groupe comprenaient ma situation et donc acceptaient d’assurer certains shows sans moi. Ce fût pire lorsque j’ai dû faire mon stage de fin de cycle. J’ai été de plus en plus rare puisque je jonglais entre mon stage, les examens et la bibliothèque. J’ai pratiquement mis la musique de côté. Je n’avais du temps pour la musique que les week-ends. Et j’ai dû faire avec ça jusqu’à ce que je finisse mes études. Ça n’a pas été facile mais j’y suis arrivé. Mais j’avoue que quelques fois j’ai quitté les cours pour faire de la musique. »

Le chemin a été long et dure pour le jeune artiste qui ne rêvait que de finir ses études pour se concentrer sur sa carrière dans la musique. Le calvaire – si on peut l’appeler ainsi – a pris fin le vendredi 9 février lorsque Young Dany a enfin reçu son diplôme en droit de l’Université Espoir d’Afrique. « Pour moi c’est une très grande chose. Mes parents ont été les premiers à sauter de joie. Me voir un jour diplômé était la première chose qu’ils espéraient voir arriver dans ma vie. Ils ont tellement investi pour voir ce jour arriver. »

« Etre diplômé pour moi est d’une grande importance, surtout en tant qu’artiste. C’est d’abord une fierté et cela veut dire que j’ai acquis des connaissances et des compétences. Du reste, la musique n’est pas incompatible avec les études, bien au contraire. Je considère d’ailleurs que le fait de faire des études est un des critères pour un être un artiste accompli. Et je conseillerais à d’autres artistes aussi de se tourner vers les études, de faire des formations ou des trucs de ce genre. Cela est important. »

Young Dany vient là d’ajouter un point positif dans son curriculum vitae et aujourd’hui diplômé, il peut désormais se concentrer entièrement à sa carrière de musicien et jouir pleinement de sa passion.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments