Vivace Bujumbura

Pour un pays avec une seule grande agglomération, Bujumbura et ses 400.000 habitants, le Burundi bouillonne de culture. Les Tambours du Burundi ont écumé les grandes salles du monde. Mais derrière eux, c’est une pléiade d’artistes qui entretiennent une vie culturelle trépidante avec de nombreuses associations culturelles, des sociétés de production. Malgré le  peu de moyens financiers et  l’insuffisance des lieux de culture.

Kazuba Cishahayo Sybille

Kazuba Cishahayo Sybille

L’une des associations culturelles les plus dynamiques, est Menya Media (voir Le Courrier No 12 « Sache que L’ONG Menya Media a le vent en poupe). Au moment du reportage du Courrier, elle venait de coproduire avec la télévision  francophone de Belgique et d’autres associés un court métrage Na WEWE (Toi aussi) dénonçant les violences interethniques sur un arrière-fond par instant comique. Le film a été présenté en avant-première au Burundi au début d’avril et  en première au  Centre culturel d’Uccle à Bruxelles, avec un grand succès. Menya Media venait également de produire le disque « Haïti Lève-toi », le don du Burundi à Haïti après le tremblement de terre. Et surtout d’organiser sous le titre de  « Pamwade Burundi », la première édition burundaise du festival régional « Pearl of Africa Music Awards ». Les plus grandes distinctions ont été attribuées à des artistes qui feront parler d’eux ailleurs : Steven Sogo en catégorie homme, Risiki pour les femmes et Lions Story pour les groupes.

 

 

Outre les Tambours du Burundi ou Khadja Nin, de plus en plus d’artistes de ce pays se font découvrir à l’étranger. Ainsi de Jérémie Hakeshimana, et de Sybille Cishahayo* qui ont fait une première partie hautement appréciée du concert de la star congolaise Baloji à Leuven, Belgique en avril dernier. Jérémie Hakeshimana  est compositeur, arrangeur  et musicien. Sybille Cishahayo*, a la carrure d’une diva sensuelle dans ses chansons d’amour, mais engagée par ces œuvres sur la paix, la lutte contre le Sida et les combats de la femme africaine.

Alida Baranyizigiye

Alida Baranyizigiye

Quant à Alida Baranyizigiye, une autre chanteuse à découvrir, elle fait une musique de rêve et de rythme. Ayant commencé dès l’âge de 12 ans dans un chœur de gospel, elle a glissé vers le zouk, la salsa, le RnB et le jazz. Toujours raffinée. Elle a moulé le zouk antillais dans les intonations suaves de la langue kirundi. Son zouk, dit-elle, se chante avec amour et sensualité, le soul est pour son spleen et le RnB c’est juste pour le rythme, une musique du corps.

Serge Nkurunziza**. Difficile de se promener avec lui à Bujumbura, il est arrêté par tout le monde. C’est un musicien, arrangeur et surtout chanteur d’un rythme endiablé. Il est aussi un décorateur talentueux qui a conçu et réalisé la décoration complète allant des revêtements muraux au meubles de certains des plus belles villas et hôtels de la ville.

Le théâtre est aussi relativement  dynamique fortement encouragé et soutenu par le Centre culturel français. De nombreuses expositions de peinture se réalisent dans ce lieu et ailleurs. A voir : les œuvres du collectif Maoni, trois artistes, une belge, une Colombienne et la Burundaise Fidélité Bivugire dont la peinture mi figurative mi abstraite est très chatoyante.

Le cinéaste Léonce Ngabo  est aussi à suivre. Parallèlement à des études de chimie, il pratiquait la musique. Et a écrit le scénario d’un court métrage. Et puis, un conte de fée. Un grand cinéaste suisse venu faire des repérages le découvrira par un heureux hasard. Que pensez-vous qu’il arriva. Tout simplement en un jour c’est la signature d’un contrat pour la réalisation d’un long métrage avec une grosse avance à la clef. Ce long métrage « Guito l’Ingrat », a envahi des écrans en Europe. Léonce Ngabo a par la suite créé dans son pays le FESTICAP  (Festival international du cinéma et de l’audiovisuel du Burundi) qui en est à sa deuxième édition.

* alias Kazuba. DVD « Indoto & Akazuba » 2009 et DVD promotionnel  2009, Ed Menya Media www.menya-media.org

** Dernière parution « Africa », 2010 Ed. Sodetra

Hegel Goutier




3 thoughts on “Vivace Bujumbura

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *