Visa unique pour les touristes: «la Tanzanie et le Burundi sont en train de perdre»!

Visa unique pour les touristes: «la Tanzanie et le Burundi sont en train de perdre»!

Carmen NIBIGIRA, coordinatrice de l’EATP ©Akeza.net

Des pays de l’Afrique de l’Est comme le Rwanda, le Kenya et l’Ouganda ont désormais un visa touristique unique. Ce dernier s’est avéré un élément majeur dans la promotion du tourisme et du commerce entre les 3 pays.

 

Le Burundi et la Tanzanie d’un autre côté, bien que membres  de la Communauté Est Africaine ne font pas encore partie de l’initiative du visa touristique unique.

 

Carmen NIBIGIRA, coordinatrice de la plateforme du tourisme de l’Afrique de l’Est-EATP, l’organe en charge de la promotion du tourisme au sein des pays de la communauté est-africaine, a abordé la question dans une interview avec Akeza.net

 

Akeza.net: Que ratent  les pays comme le Burundi et la Tanzanie, qui ne font pas partie de l’initiative du visa touristique unique ? D’un autre côté,  que gagnent  le Rwanda, l’Ouganda et le Kenya qui en ont déjà fait une réalité ?

 

Carmen NIBIGIRA : Le visa  touristique unique a été créé dans l’esprit que nous voulons rendre la vie plus facile pour les touristes. Donc, certainement,  la finalité du  visa touristique unique est le touriste, qui est le consommateur. Le consommateur vient au Kenya, en Tanzanie, en Ouganda,  au Rwanda, au Burundi. Donc, si nous pouvons tous nous asseoir et regarder qui sommes-nous censé servir et ensuite voir le consommateur come notre objectif premier, nous nous conviendrons que la conversation est très claire. Rendons la vie facile à cette personne qui veut se rendre en  Tanzanie, au Kenya, en Ouganda, au Rwanda et au Burundi.

 

Avançons maintenant. Nous nous convenons tous que nous voulons rendre  son voyage plus facile. Vous êtes basé à Washington DC, l’ambassade la plus proche est l’ambassade ougandaise et vous êtes de la Caroline du Sud par exemple. Pourquoi avez-vous besoin d’aller à Los Angeles pour obtenir un visa pour la Tanzanie, alors que vous  pouvez visiter l’ambassade la plus proche à condition qu’ils émettent un visa unique pour toute l’Afrique de l’est ?

 

Avançons encore. La personne a maintenant atteint la destination, avec un seul visa. Allez-vous  limiter cette personne quant à  ce qu’elle peut voir et où elle peut dépenser son argent? Est-ce cela que nous voulons ? Non !
Que vous voyiez les choses du point de vue  du Burundi et de la Tanzanie, focalisons nous nous  tous sur ce que veut le touriste,  ce que veut le visiteur. Voilà  mon  véritable argument. Nous convenons tous que nous devons amener les gens ici. Nous convenons tous que nous voulons qu’ils dépensent de l’argent.

 

Chaque dollar dépensé dans cette région, que ce soit au Kenya, que ce soit en Ouganda, que ce soit au Rwanda ou au Burundi, sera bénéfique à la région d’une  manière ou d’une autre. Passons maintenant de la distance à vol d’oiseau à une vue panoramique à bord d’un hélicoptère.

 

D’un autre côté, quels bénéfices le Kenya, l’Ouganda et le Rwanda en tirent-ils ? Si un touriste  choisit d’aller en Ouganda et au Kenya, le Rwanda va toujours en tirer profit. Le visa touristique unique implique des coûts partagés, et des bénéfices partagés en retour. Même si la personne ne va pas au Kenya, mais va au Rwanda et en Ouganda, le Kenya va toujours en tirer profit. Donc, la Tanzanie et le Burundi, nous sommes perdants. Je dirai qu’il ne faut pas se concentrer sur qui est le gagnant ici, qui est le perdant ici. Parce que pour moi le gagnant est le touriste. Servons les personnes que nous voulons voir venir dans cette région.

 

Akeza.net: Pensez-vous que les trois pays qui ont déjà entamé la mise en œuvre du visa touristique unique ont réussi à augmenter leur chiffre d’affaires dans le secteur du tourisme?

 

Carmen NIBIGIRA : Nous allons essayer regarder cela, non pas du point de vue des pays. Voyons cela du point de vue du secteur privé. Un tour-opérateur basé au Rwanda qui a la possibilité de vendre un forfait  transfrontalier entre le Rwanda et l’Ouganda, le tour-opérateur fera du bénéfice des deux côtés : aussi bien dans son pays le Rwanda mais aussi de l’autre côté en Ouganda.

 

Un hôtel au Rwanda aura occupation de 3-4 jours, un hôtel en Ouganda aura une occupation de 3-4 jours. Le visa pour nous est un outil. Il en est de même lorsque  vous conduisez un véhicule. Un véhicule vous fera passer de A à B, un bus vous emmènera de A à B. Nous voulons que chaque tour-opérateur, les hommes à l’esprit ouvert aux affaires regardent cela comme un outil.

 

Nous avons créé cet outil pour vous. Maintenant, plein d’obstacles vont disparaitre. Nous parlons d’un visa unique pour les visiteurs, l’utilisation de cartes nationales d’identité pour traverser les frontières. Maintenant, les étudiants peuvent traverser une frontière simplement en utilisant une carte d’étudiant. Celle-ci est une étape très importante. Donc, nous ouvrons maintenant nos frontières à des gens qui se sont vu refuser ce droit de franchir les frontières et de visiter ce que nous avons. Et les effets se font ressentir au-delà du tourisme ! Nous avons vu accroître le volume du commerce.

 

La frontière entre l’Ouganda et le Rwanda, la frontière entre l’Ouganda et le Kenya, les gens font beaucoup de commerce, les gens vont voir ce qu’il y a de l’autre côté. Dans ma langue on dit, un oiseau ne saura jamais ce qui est de l’autre côté à moins qu’il aille voir par lui-même. Donc, nous sommes maintenant engagés dans plus d’affaires, plus de commerce, plus de collaboration et de coopération, le partage des valeurs et des cultures pour la région. Tel est le rêve d’Afrique de l’Est: rassembler cinq pays et  travailler ensemble.

 

Akeza.net: quel est votre message au Burundi et en Tanzanie aussi longtemps que le visa touristique unique est concerné ?

 

Carmen NIBIGIRA : Nous nous convenons tous que nous voulons des touristes. Nous dépensons tous de l’argent, des ressources et de l’énergie pour attirer les touristes. Regardons ce touriste et essayons de le considérer dans une logique où nous voulons nous assurer qu’il reste dans notre région. Nous vivons dans une période où la concurrence est rude. Plus vous rendez ma vie compliquée pour visiter votre région, plus je choisis d’autres alternatives. Donc, le Rwanda, le Kenya et l’Ouganda ont décidé d’unir leurs efforts pour maximiser le temps, le chiffre d’affaires, tout ce que les touristes viennent faire ici. Joignons les efforts  pour que chaque dollar qui vient reste dans notre région. Il ne s’agit pas de rester en Ouganda ou au Kenya; il s’agit de séjourner en Afrique de l’Est.

 

Donc, à la Tanzanie et au Burundi, le visa touristique unique comme je le disais est un outil. Prenez-le et  faites en sorte qu’il marche pour vous. Vous ne perdez pas, vous êtes réellement gagnant.

 

Propos recueillis par Landry MUGISHA

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.