UNFPA : Investir dans les adolescentes de dix ans pour changer les familles et sociétés

UNFPA : Investir dans les adolescentes de  dix ans pour changer les  familles et  sociétés

Les officiels lors du lancement du rapport ©DR

Au Burundi, les chiffres montrent qu’on est déjà à plus de 11,6 millions d’habitants, parmi lesquels plus de 149mille filles sont âgées de 10 ans. Ceci a été révélé ce vendredi 28 octobre au campus Mutanga, au cours du lancement du rapport sur l’état de la population mondiale édition 2016 par UNFPA, sous le haut patronage du Ministre de la jeunesse, de Sport et de la Culture M. J Bosco Hitimana.

Chaque année, le Fonds des Nations Unies pour la population élabore et lance un rapport de la population dédié à l’année. Cette année, le rapport est axé sur les jeunes filles de dix ans et leur futur. Le choix de cette tranche d’âge n’est pas le fruit du hasard si on tient compte de l’affirmation du Directeur Exécutif du Fonds des Nations Unies pour la Population, Dr Babatunde OSOTIMEHIN qui l’explique en ces mots : «Si nous voulons changer les familles, les sociétés et le monde, nous devons investir aujourd’hui dans les adolescentes de dix ans. Ils sont l’avenir de nos pays et du monde».

Quant à Mme Suzane NGO-MANDONG, Représentante résidente de UNFPA, l’investissement dont il est question consiste en un effort pour améliorer l’éducation et la santé des jeunes filles de dix ans. Car en général, c’est là où la décision d’amener ou de ne pas amener l’adolescente à l’école est prise. C’est encore l’âge où la discrimination basée sur le genre est perceptible dans nos sociétés. Le choix étant généralement porté sur les garçons plus que sur les filles pour accéder à l’éducation, à la santé, à la formation et même à la propriété.

Le ministre de la jeunesse, des Sports et de la Culture M.J.Bosco Hitimana soutient l’idée et ajoute qu’investir dans la santé d’une jeune fille de dix ans, ainsi que celle des femmes et des jeunes filles de tous âges, est essentiel à la croissance économique. C’est à nous aujourd’hui, a poursuivi le ministre, de faciliter ces jeunes filles d’y arriver. Et de renchérir que c’est le facteur essentiel d’un développement inclusif qui ne laisse personne de côté.

Cette journée consacrée au lancement du rapport sur l’état de la population mondiale a été lancée dans plusieurs autres pays à partir du 20 octobre 2016.

Alexandre NDAYISHIMIYE

Comments

comments