Une Bourse des Valeurs Mobilières du Burundi en attente de création

Une Bourse des Valeurs Mobilières du Burundi en attente de création

Depuis 2009, le Burundi cherche à créer sa Bourse de Valeurs Mobilières. Ce travail avance avec deux actions indispensables: le volet institutionnel d’une part et le volet légal et règlementaire d’autre part, précise Pierre Damien MPAWENIMANA, Responsable de la Cellule Bourse des Valeurs Mobilières à la Banque de la République du Burundi. Comme la loi précède les opérations, la loi établissant le marché des capitaux est déjà disponible depuis le 27 février 2019, il ne reste que la loi régissant l’autorité de régulation du marché des capitaux, laquelle autorité est indispensable à l’opérationnalisation de ladite bourse.

 

‘’Le projet consiste à la mise en place des éléments qui permettent à la Bourse de démarrer. Il s’agit d’un corpus de lois et de tous les règlements d’application, des acteurs institutionnels et commerciaux opérationnels et des valeurs préparées à être cotées. La Bourse des Valeurs Mobilières du Burundi aura pour mission d’organiser le marché boursier, d’assurer la cotation et la négociation des valeurs mobilières, de diffuser les informations boursières  et de faire la promotion et le développement du marché’’, fait savoir Pierre Damien MPAWENIMANA, Responsable de la Cellule Bourse des Valeurs Mobilières à la Banque de la République du Burundi.

 

Selon ce responsable à la BRB, la Bourse des Valeurs Mobilières du Burundi est la plateforme où vont s’échanger les valeurs mobilières, c’est-à-dire l’ensemble des titres financiers négociables. Elle constitue un lieu de financement des entreprises qui y cherchent des capitaux nécessaires pour financer leurs projets d’investissement, ainsi que le Gouvernement ou les collectivités locales qui souhaitent combler leurs déficits budgétaires. Elle est aussi un lieu de placement pour les investisseurs qui espèrent effectuer un gain financier à court, moyen ou long terme.

 

Le projet consiste à l’établissement des sociétés qui auront des rôles d’intermédiaires car la Bourse des Valeurs Mobilières du Burundi n’est pas accessible directement aux particuliers, qui doivent passer par des intermédiaires financiers comme les sociétés de bourse ou les banques. Les titres financiers échangés, sur la Bourse des Valeurs Mobilières du Burundi, peuvent prendre de multiples formes : actions, obligations, warrants, bons de souscription, options, stock-options, certificats d’investissement, titres de créances négociables, parts d’Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières, etc.

 

Bien que la Bourse des Valeurs Mobilières du Burundi puisse utiliser des termes ésotériques de l’art et bénéficie du soutien de systèmes informatiques avancés, sa raison d’être est très simple : elle sert à faire correspondre les personnes cherchant à faire ou détenant des épargnes avec des entités souhaitant lever des capitaux. Elle est simplement un intermédiaire

 

Pour Pierre Damien MPAWENIMANA, la plus-value du marché des Capitaux du Burundi est qu’il va offrir une variété d’instruments financiers qui permettent aux agents économiques de lever des capitaux à des prix efficaces et de gérer les risques financiers. Grâce à des actifs financiers présentant des rendements, une liquidité et des caractéristiques de risque attractifs, le marché va encourager l’épargne sous forme financière.

La Bourse des Valeurs Mobilières ou le marché des capitaux du Burundi offre plusieurs avantages aux opérateurs économiques comme la flexibilité des opérations et le contact direct entre vendeurs et acheteurs des capitaux par le biais des courtiers.

 

Pierre Damien MPAWENIMANA informe que 4 pays de la Communauté Est Africaine ont déjà leurs Bourses de Valeurs Mobilières à savoir le Kenya, l’Ouganda, la Tanzanie et le Rwanda, il reste encore le Burundi et le Sud-Soudan pour former leurs marchés de capitaux.

Seules les entreprises détenant une licence d’opérer sur le marché des capitaux obtenue de l’autorité de régulation du marché auront l’accès à la Bourse des Valeurs Mobilières. Ce Responsable de la Cellule Bourse des Valeurs Mobilières à la BRB appelle les opérateurs économiques à se préparer pour intégrer, comprendre et suivre au quotidien les opérations de la Bourse des Valeurs Mobilières qui n’attendent que la promulgation de la loi régissant l’autorité de régulation des marchés des capitaux.

Olivier Bizimana

 

Comments

comments