Un « Buddy Bear » à Bujumbura : Quand l’art sublime la femme

Un « Buddy Bear » à Bujumbura : Quand l’art sublime la femme

Symbole culturel de Berlin (Allemagne), le « Buddy Bear » est plus qu’une œuvre d’art. Cet ours de 2 mètre, qui a pratiquement fait le tour du monde, a posé ses valises à Bujumbura pour une occasion bien spéciale. Et pour lui donner le sens et la beauté qui lui sont dûs, l’ours a goûté aux coups de pinceau des jeunes artistes de la galerie TwoFiveSeven Arts. Un travail de qualité qui embrasse à la quasi perfection la raison d’être du « Buddy Bear », celui de célébrer la tolérance et l’amitié des peuples à travers la terre.

 

Avant même de parler des raisons de la présence de ce « Buddy Bear » à Bujumbura, il est important de connaître l’histoire de cet ours imposant qui a élu domicile dans de nombreux pays du monde. À son origine, le « Buddy Bear » voit le jour à Berlin par Klaus et Eva Herlitz en collaboration avec le sculpteur autrichien Roman Strobl. A l’époque plus de 250 ours avaient été placés dans la ville de Berlin. Un symbole d’accueil, d’amitié et de partage pour le peuple allemand. Après avoir fait le tour des villes allemandes à partir de 2002, le projet va s’étendre à l’international. Depuis 2004, de nombreuses villes accueillent un « Buddy Bear » dans plusieurs ambassades et consulats allemand à travers le monde. Un symbole d’amitié de la part de l’Allemagne. Ces grands ours en plastique et fibre de verre de 2 mètres ont été décorés, selon les pays, par des artistes locaux.

 

Ayant souvent été placé pour des occasions spéciales dans différentes villes du Monde, l’Ambassade de la République Fédérale d’Allemagne a choisi d’artistiquement orner le « Buddy Bear » de Bujumbura à l’occasion de la célébration du 20ème anniversaire de la Résolution 1325 du Conseil de sécurité des Nations Unies sur la femme, la paix et la sécurité. Pendant près de 4 mois, TwoFiveSeven Arts a dirigé le projet de production artistique visuelle du « Buddy Bear ». C’est sur la phrase de Clare Hutchinson, Représentante spéciale du Secrétaire Général de l’OTAN pour les femmes, la paix et la sécurité « La résolution a marqué un tournant: les femmes ne seraient plus considérées comme des victimes sans défense mais comme de véritables actrices de la paix et la sécurité » que TwoFiveSeven Arts s’est basée pour guider la conception du design. Et Jedidiah Davidson MURWANEZA, le concepteur du design, a magnifiquement réussi la traduction visuelle de la phrase. A sa manière unique et artistique, il a produit une conception du design fidèle à tout ce que la phrase lui confiait. Se servant des éléments de la culture burundaise, il a réussi à créer une fresque respectant le thème. « Je me suis borné sur la culture spécialement nos instruments traditionnels et la beauté des femmes burundaises dans leurs habits traditionnels. En n’oubliant pas les tambours burundais qui signifient pour moi la force et la fierté en tant que burundais. L’inanga quant à lui traduit la paix. Mon message est que les femmes soient fortes dans notre société », a dit Jedidiah Davidson MURWANEZA.

Le travail de peinture a été fait par Clark Briel HANGAZA, Audrick MANIRAMBONA, Simon Carmel NTWARI et Franklin NKURUNZIZA, qui ont pendant 3 semaines travaillé à l’embellissement de cette œuvre. Un travail d’équipe qui a laissé parler le talent de ces artistes.

 

Le « Buddy Bear » de Bujumbura fait l’apologie de la femme en la plaçant en actrice de la paix et de la sécurité dans la société. « Les dessins dépeignent les femmes dans leur dissemblance, prenant leur place légitime dans le maintien de la paix et la sécurité », explique Samantha INARUKUNDO, fondatrice et Directeur Exécutif de TwoFiveSeven Arts, qui a coordonné ce projet.

Initialement créé pour promouvoir la compréhension, l’entente et l’acceptation de l’autre, le Buddy Bear s’avère être un outil adéquat pour symboliser ces valeurs tant importantes.

Mais au-delà du caractère symbolique de cette œuvre, le « Buddy Bear » de Bujumbura offre un bel aperçu du savoir-faire artistique burundais. Dans un pays où les arts visuels tentent de se frayer un chemin dans l’univers artistique, être capable de prouver la valeur des peintres et dessinateurs burundais à travers une œuvre de cette envergure est encore une preuve que cet art a de beaux jours devant lui. « Nous avons pu réaliser ce travail en seulement trois semaines. Cela me fait penser que l’art visuel a un avenir prometteur et nous encourage à continuer ce que nous faisons avec TwoFiveSeven Arts parce, puisque ceci nous laisse voir ce que nous pourrons faire à l’avenir », confie Samantha INARUKUNDO.

 

Notons que depuis sa création, TwoFiveSeven Arts met un accent particulier sur la promotion des arts visuels et de ses artistes. Au-delà d’être une galerie d’exposition, elle s’est donnée pour mission de donner une réelle place aux arts visuels dans le paysage artistique burundais. Contribuer à l’embellissement de ce Buddy Bear est donc une belle occasion de promouvoir cet art.

Un pas franchis avec succès puisque le « Buddy Bear » de Bujumbura, qui actuellement exposé dans le patio de l’Institut Français du Burundi, entre dans la famille de plus de 2200 autres qui autres différentes places à travers le monde.

 

Melchisédeck BOSHIRWA ET Moïse MAZYAMBO

Comments

comments