Tu es une statue !

Tu es une statue !
Humour (www.akeza.net)

Humour (www.akeza.net)

Une femme est au lit avec son amant
quand elle entend son mari arriver !
– Allons, lui dit-elle, vite, mets-toi
debout là dans le coin.
Elle enduit prestement le corps de son

 

Amant d’huile et le saupoudre de talc et elle lui dit:
– Ne bouge pas jusqu’à ce que je te le dise.
Tu es une statue ! J’ai vu la même chez les
Durand. Sur ce, le mari entre et demande à
sa
femme: – Qu’est-ce que c’est ça ? La femme dit a
son mari:
– Ça, c’est une statue : les Durand en ont
mis une dans leur chambre, et ça m’a
tellement plu que j’ai acheté la même. Et il
ne fut plus question de la statue. A 2h du matin elle dormait et son mari regardait
encore la télé.

 

Soudain, il se lève, va à la cuisine,
prépare un sandwich, prend une boîte de
bière et retourne dans la
chambre. Là, il se dirige vers la statue et lui dit:
– Tiens, mange et bois quelque chose!
Moi, je suis resté bloqué 2 jours
comme un con, dans la chambre des
Durand, même pas un verre d’eau !

 

* Dans une classe de terminale, un prof de sciences naturelles est en train de donner un cours sur la circulation du sang. Voulant donner un exemple pratique, il dit aux élèves:
– Vous voyez, si je fais le trépied ou si je marche sur les mains pendant un certain temps, le sang va s’accumuler dans ma tête, et j’aurai le visage tout rouge. Vous êtes d’accord?
– Oui (en chœur)
– Maintenant, pouvez-vous m’expliquer pourquoi lorsque je suis en position debout, le sang ne s’accumule pas pour autant dans mes pieds ?
Et là un des élèves répond :
– C’est parce que vos pieds ne sont pas vides…

 

*Henri et Christine venaient de célébrer leur
25 ans de mariage. Et leur union ayant été
sans ombrage, Henri se risqua a poser la
fameuse question de confiance a sa
femme:
« Chérie, m’as-tu déjà trompé ? » « He bien », admet Christine, « puisque tu
veux le savoir… Oui, je t’ai trompé trois
fois. La première fois, c’était lorsque tu as
eu besoin d’un prêt a la banque, tu te
souviens ? Aucune banque ne

te faisait
confiance mais un jour, le Directeur commercial de la banque passa chez nous
et signa le contrat sans poser de
questions… »
« Oh ! Tu as fait cela pour moi… », s’exclame
Henri, « C’est donc grâce a cela que nous
sommes devenus riches.

 

 

 Et la seconde fois ? »
La deuxième fois », explique Christine, « Ce
fut lorsque tu attrapas cette maladie
hautement contagieuse et qu’aucun
docteur n’acceptait de s’approcher de toi.
Un jour, un chirurgien de l’hôpital était subitement venu t’opérer… »
« Ah chérie, tu m’as réellement sauvé la
vie, cette fois-là… », remarque Henri avant
d’ajouter: « J’ai tellement de chance de
t’avoir épousé.

 

 Et la troisième fois ? »
« La dernière fois, c’était lorsque tu t’es présenté a la présidence du club de football
de notre ville. Tu te souviens ? Il te
manquait 42 voix pour être élu…’’

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.