Transport : Le gouvernement burundais salue la réhabilitation du chemin de fer Dar-es-salaam – Kigoma

Transport : Le gouvernement burundais salue la réhabilitation du chemin de fer Dar-es-salaam – Kigoma

Jean Bosco Ntunzwenimana, Ministre du Transport.©DR

Ce lundi, le port de Bujumbura accueillait le premier convoi de marchandises venant de la Tanzanie, après la réhabilitation du chemin de fer Dar-es-Salam – Kigoma, fermé depuis 10 ans. La reception du convoi s’est passé en présence du ministre des Transports, des travaux publics et de l’équipement.

Ce sont en effet deux bateaux, transportant 850 tonnes de marchandises qui sont arrivés au port de Bujumbura. Pour Jean Bosco Ntunzwenimana, ministre en charge des transports, c’est un sentiment de grande satisfaction qui anime le gouvernement et les opérateurs économiques du Burundi. La réouverture de cette ligne de chemin de fer allègera de 40% les coûts de transport de marchandises.

Il va de soi que cette allègement aura des répercutions positives importantes sur l’économie locale. En outre, le ministre Ntunzwenimana appelle les opérateurs économique à utiliser cette nouvelle route réhabilitée car non seulement celle-ci est un moyen plus rapide et plus sûr pour l’acheminement des marchandises vers le Burundi, mais encore cela occasionne un avantage au niveau de l’entretien des routes, ces dernières ne supportant plus une surcharge qui n’a pas été calculée lors de leur conception.

Notons que le chemin de fer Dar es Salam-Kigoma servira de point de départ pour la ligne de chemin de fer qui devra avoir pour terminus Musongati en province de Rutana.  Par ailleurs, les autorités burundaises sont en contact avec les autorités zambiennes qui ont accepté de financer la construction du chemin de fer Kasama-Mpulungu pour raccorder le chemin de fer Mpulungu. Une ligne qui ouvrira les portes de l’Afrique australe aux opérateurs économiques avec des ramifications sur le chemin de fer Mpulungu et Durban.

L’aboutissement de tous ces projets devra à la longue enlever un poids au quotidien des consommateurs burundais.

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments