The Springboard de Joseph NDAYISENGA salué par  le public  à l’IFB

The Springboard de Joseph NDAYISENGA salué par  le public  à l’IFB
De G à D : Olivier I. , producteur du film , Dieudonné N. de New Generation et Joseph N. , réalisateur du film ©Akeza.net

De G à D : Olivier I. , producteur du film , Dieudonné N. de New Generation et Joseph N. , réalisateur du film ©Akeza.net

 

Un public entièrement séduit a suivi la première du film The Springboard  réalisé sur les enfants sortis de la rue encadrés par NEW GENERATION. Dans ce film, le réalisateur Joseph NDAYISENGA revient sur la vie de ces enfants, la contribution de New Generation pour la défense des droits des enfants de la rue et le déroulement de la Coupe du Monde des enfants de la rue qui s’est déroulé en Brésil en avril 2014.

 

Dans le filmThe Springboard , le personnage principal Innocent BIGIRIMANA raconte son  passé : les nuits blanches qu’il a passées dans des caniveaux , la faim , la pluie qui le surprenait en pleine nuit sans avoir où s’abriter et qui a couté la vie de son ami Nelly, ses parents décédés. A travers le film, on voit le parcours qu’ont suivi les jeunes encadrés par New Generation : au début ils étaient des enfants de  la rue mais avec l’appui de New Generation , ils sont sortis de la rue , ils ont repris les études ; ils ont fondé une équipe de football …  ils se sont organisés  jusqu’ à obtenir  la deuxième place lors de la compétition avec les autres enfants issus de la rue au Brésil.

 

Joseph NDAYISENGA a été motivé par l’approche de New Generation d’attribuer des responsabilités aux enfants pour les intégrer de manière durable dans la société: NEW GENERATION laisse une certaine liberté aux enfants puisqu’ils gèrent eux-mêmes le temps, ils fixent leurs programmes, ils ont une certaine organisation, le temps d’aller à l’école, de préparer le repas alors que pour d’autres organisations qui œuvrent pour les droits des enfants de la rue ceux-ci restent enfermés comme s’ils étaient emprisonnés, ils n’ont pas de liberté ce qui provoque le retour dans la rue.

 

Le réalisateur Léonce NGABO a félicité le réalisateur sur le documentaire : ‘’l’on peut toujours apporter des modifications du côté technique  mais le film en soi,  tel qu’il est,  est  vendable.’’ Il  ajoute : ‘’Par rapport au contenu, ça touche le fond du cœur surtout le style choisi de faire parler le personnage principal de son passé. Ses impressions quand il  écrivait à son ami Elie  qui n’a eu la chance d’aller jouer au Brésil attirent l’attention du public du début à la fin’’.

 

Dieudonné NAHIMANA , Président de New Generation explique comment l’organisation a pu se procurer les moyens pour préparer les jeunes à participer dans cette compétition: ‘’c’est notamment grâce à l’appui financier de la grande Bretagne qui a accepté de payer les billets d’avion pour le joueurs à raison de 2800 dollars par personne. Le problème  était d’avoir  les maillots puisque la commande qui a été faite en Chine n’a pas abouti.’’ Dieudonné poursuit ‘’Notre vision,  c’est que ces jeunes soient des ambassadeurs pour relayer les messages à travers  la communauté puisque aujourd’hui il y a encore des enfants qui se trouvent dans la rue,  il faut les aider à sortir de là’’.

 

Le réalisateur Joseph NDAYISENGA révèle  qu’il n’avait pas prévu de faire documentaire. L’idée lui est venue après avoir entendu que New Generation avait été choisi pour constituer une équipe qui va représenter le Burundi à la coupe du monde des enfants de la rue  au Brésil.

 

Comme pour tous les films de Joseph NDAYISENGA, la première de The Springboard a vu la participation d’un grand public. Une longue séance question-réponses a suivi la projection du film.

Le réalisateur Léonce NGABO a félicité Joseph NDAYISENGA pour le film ©Akeza.net

Le réalisateur Léonce NGABO a félicité Joseph NDAYISENGA pour le film ©Akeza.net

Benjamin KURIYO

 

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.