Tessie Nikuze, 2ème dauphine de MAM revient sur ses moments de gloire

Tessie Nikuze, 2ème dauphine de MAM revient sur ses moments de gloire

Tessie NIKUZE , 2è candidate de Miss Afrique Montréal2016©Mike Evariste

Tessie Nikuze, 2ème dauphine de Miss Afrique Montréal, sort de son silence après des semaines de ses moments de gloire. Elle revient sur ces moments qui resteront à jamais gravés dans sa mémoire. Le stress, la joie, la peur, le travail dur, dans une entrevue qu’elle nous a accordée, elle nous raconte tout.

 

Akeza.net : T’attendais-tu à gagner?

 

 Tessie : Franchement, lorsque je me tenais sur le podium au moment de la nomination, je me disais que toutes les quatorze filles pouvaient très bien remporter le titre. Je ne voyais sérieusement pas comment les juges allaient pouvoir délibérer. J’étais donc surprise d’entendre mon nom, mais sans vous mentir ma victoire personnelle était acquise bien avant qu’on ne me nomme 2ème dauphine. J’ai non seulement beaucoup appris tout au long de l’aventure, mais le simple fait de sortir de ma zone de confort et performer devant près de mille personnes était une victoire en soi.

 

Akeza.net : Quels étaient tes sentiments quand tu as entendu ton nom?

 

 

Tessie : Hmm, comment le dire, j’ai ressenti tout un tourbillon de sentiments. Haaa! D’ailleurs, quand vous aurez la chance de voir la vidéo du gala, vous verrez que je me suis avancée vers les animateurs sans trop savoir comment me tenir. J’étais à la fois surprise, contente et émerveillée par la tournure des choses. Mon cœur battait vraiment fort. Ensuite, une fois que j’ai repris un peu mon souffle, j’ai vraiment réalisé tout ce qui venait de se passer. Mon cœur était rempli de fierté. J’ai eu comme un ‘’flashback’’ accéléré de tout ce que j’ai vécu. J’étais fière de la femme forte et déterminée qui est ressortie des six mois d’aventure.

 

 

Akeza.net : Quels sont les bénéfices que tu vas tirer de cette position?

 

 

Tessie : Cette position va me permettre d’acquérir une certaine crédibilité et une importante visibilité. Les membres du trio gagnant seront souvent invités dans différents évènements importants de l’ile de Montréal et ses environs. Évènements dans lesquels on pourra rencontrer d’influentes figures. Il faudra alors que je puisse saisir les opportunités qui se présenteront à moi. D’ailleurs, quelques personnes présentes lors du gala m’ont  déjà approché, pour solliciter ma participation dans certains projets. Aussi, les membres du comité Miss Afrique Montréal (MAM) vont utiliser les ressources à leur disposition et leur intéressant carnet d’adresse, pour me soutenir dans mes différents projets.

 

 

Akeza.net : Comment était la bataille? (Does pretty really hurt?)

 

 

Tessie : (Rires…) ! Bon, tout d’abord, Miss Afrique Montréal est très loin d’être une compétition axée sur la beauté. Les candidates ne sont en aucun cas jugées par rapport à leur apparence. L’accent est vraiment mis sur l’intellect des filles. Cependant, en tant que jeunes femmes, on se devait de bien se tenir, d’être propres et présentables. Sinon pour ce qui est de l’aventure en général, je ne la qualifierai pas de bataille. Contrairement à ce à quoi je m’attendais, les filles n’étaient vraiment pas compétitives au point de se faire du mal entre elles. On avait une très bonne relation entre nous. On s’est beaucoup entraidé et soutenu tout au long des six mois et on continue d’ailleurs même maintenant.

 

 

L’expérience a plus été un défi au niveau personnel. J’ai dû me surpasser à différents niveaux. Par exemple, J’ai dû apprendre à gérer mon temps et à prioriser les choses, car je devais à la fois m’assurer de participer aux activités de MAM et de m’acquitter de mes tâches scolaires et familiales, tout en respectant mes engagements professionnels et en étant à jour dans mes différents projets. Je peux vous dire que cela n’a pas été du tout facile, mais j’ai pu apprendre sur moi-même, mais surtout, plusieurs candidates qui s’organisaient avec brio ont été une grande inspiration pour moi.

 

 

Akeza.net : Qu’as-tu tiré de cette expérience ?

 

 

Tessie :  Cette expérience m’a permis d’apprendre plusieurs choses, autant sur ma personne, l’Afrique,  et même sur mon pays natal. J’ai pu entre autres comprendre pourquoi les gens soulignent souvent la grande entraide existant au sein du peuple burundais.

 

Les membres de mon numéro traditionnel en sont la preuve. J’avais le plus grand nombre de personnes sur scène et parmi eux, des gens avec qui je n’avais jamais parlé auparavant. Il y avait même une mère et un père de famille qui n’ont jamais raté nos nombreuses répétitions malgré leurs engagements familiaux et professionnels respectifs. Sans oublier que l’on faisait la plupart de nos pratiques tard le soir. Tout comme moi, le comité de MAM était agréablement surpris par cela.

 

J’aimerai donc prendre le temps de souligner leur dévouement, et leur transmettre mes plus sincères remerciements pour m’avoir honoré comme ils l’ont fait. J’aimerais terminer en encourageant ceux qui me lisent à soutenir autrui, car de tels gestes font toute la différence

 

Akeza.net : Un dernier mot pour les lecteurs?

 

 

Tessie : J’encourage toute personne voulant participer à MAM de ne pas hésiter à le faire. C’est une très belle expérience et on y apprend beaucoup, non seulement sur soi-même mais aussi sur les différentes cultures qui y sont présentées. Par ailleurs, plus largement je convie les personnes ayant des origines multiples à s’impliquer de près ou de loin dans leurs communautés respectives ou celles de leurs ami(e) s afin de toujours garder ce lien avec ce qui constitue une partie non inestimable de notre identité.

 

 

Toutes nos félicitations à nos chères compatriotes.

 

 

Propos recueillis par Miranda Akim’

 

 

 

 

Comments

comments