Tennis : Allan Terry Gatoto intègre le centre d’entrainement de Nairobi

Tennis : Allan Terry Gatoto intègre le centre d’entrainement de Nairobi

Il est l’un des jeunes talents émergents du tennis au Burundi. Fils d’Eric Gatoto dit “Cantona” (ancien grand footballeur de Vital’O Fc), Allan Terry Gatoto est un grand passionné du jeu à la raquette. Il l’a notamment bien prouvé lors de l’East african Junior Championships individually 2020 qui a eu lieu en Tanzanie(en janvier dernier).Pendant ce tournoi, Allan a effectué une performance individuelle( dans la catégorie des 14 ans et moins) qui lui a permis de se hisser à la 3ème place avec 15 matches gagnés sur 17.Grâce à cet exploit,il s’est vu offert une bourse du centre d’entrainement de l’International Tennis Federation(ITF) à Nairobi au Kenya. Qui est Allan Terry Gatoto ? Quelles sont ses ambitions ? Petit tour d’horizon

Cadet d’une fratrie de 3 enfants, Allan(13 ans) partage la passion du tennis avec son grand frère et sa grande sœur. Même s’il fait ses débuts dans le tennis à 8ans, le natif de Gitega n’y reste pas pour longtemps. Il coupe le cordon à un certain moment puisqu’il manifeste plus d’engouement pour le football. « Comme son père Eric Gatoto fut un grand champion de football, Allan voulait lui emboiter le pas. Il s’interessait beaucoup au football et il était performant », raconte Alida Rama,la mère d’Allan.

Plus tard la donne va changer. Impressionné par son grand frère et sa grande sœur,qui s’illustrent bien au tennis en rentrant de temps en temps avec des médailles sur le cou, Allan se ressaisit. Il a alors un dilèmme : il doit choisir entre Football et Tennis. Ce sera donc le voyage de son grand frère Kim Akbar Gatoto(15ans) en Tanzanie pour une compétition,qui va vraiment le motiver . Cette fois-ci, il ne peut plus résister.Allan tombe sous le charme de ce jeu noble et décide de signer son come back pour en faire une passion.

Désormais, c’est le tennis !

Quand Allan se remet au jeu de la raquette, il active tout à coup la machine : « J’ai fait mon retour et j’ai continué à bien évoluer.J’ai donc commncé à remporter différents tournois à Gitega et à Bujumbura.Et c’est devenu ma passion ». Ce retour va aussi enchanter sa mère qui voulait tant orienter son fils dans un sport individuel comme le tennis. « Il battait tous les tennismen de Gitega.Quand on allait assister à ses matches,son bon jeu nous émerveillait.Il était à fond ».

Elève en 9ème année, Allan mariait bien les études et les tennis « Au cours de la semaine, j’étudiais et révisait les cours. Je m’entrainais uniquement les weekend, vendredi et samedi », dit-il. Selon sa mère,très stricte pour ce qui est des études, le tennis n’influe pas négativement sur ses performances en classe. « Par contre, il a beaucoup évolué et réussit bien en classe »,confie-t-elle.

« Aux âmes bien nées, la valeur n’attend point le nombre des années »

Avec ses allures de battant, sa rapidité,sa détermination, son intelligence dans les échanges,son dévouement, le talent de ce jeune va être repéré lors de l’East african Junior Championships individually 2020 en Tanzanie.C’est de là qu’il va bénéficier d’une bourse du centre d’entrainement au Kenya.Une opportunité en or pour Allan : « Je suis content d’avoir bénéficié de cette bourse parce que cela va m’aider à disputer beaucoup plus de tournois qu’avant.Ce qui va faire monter mon niveau.Par ricochet, augmenter mes points sur le classement mondial ».

« Il s’agit d’un centre qui accueille un maximun de 15 jeunes talents de tennis issus de milieux différents.Le choix de Allan est donc motivé par ses bonnes performances(très talentueux),sa discipline et son bon classement.A part le tennis, les internés ont aussi la possibilité de poursuivre les études », explique Innocent Nshimirimana,son coach. Toutefois,se séparer de son fils devient un coup dur pour la maman de Allan. « Au début, je me suis désisté.Son coach a essayé de me convaincre mais en vain. Par après, j’ai décidé de céder pour ne pas gâcher la chance de mon fils », confie-t-elle d’un air désolé. Son plus cher souhait : voir son fils parmi les 5 premiers en Afrique et dans les Grands chelems(compétitions prestigieuses de Tennis).

The sky is the limit…

Aujourd’hui, 43ème au classement, Allan rêve grand : « j’aimerais être numéro 1 africain et puis numéro 1 mondial ». Il s’inspire déjà et aimerait ressembler à Dominic Thiem,un grand tennisman autrichien. A seulement 13 ans, Allan détient un palmarès plus ou moins garni. Il est titulaire de 3 tournois remportés au niveau provincial à Gitega et 4 tournois au niveau national pour la période allant de 2018 à 2019. Sur le territoire national, il était imbattable dans sa catégorie et appelle les autres jeunes à s’intéresser au tennis. « C’est un bon jeu qui combine le sport et les études ». Allan s’est envolé vers le centre de Nairobi ce dimanche 9 février 2020 où il sera interné aux côtés d’autres jeunes férus du tennis pendant une année(renouvellable).

Bon vent Allan, tu as toute la vie devant toi!

Fleurette HABONIMANA

Comments

comments