Tennis: Abdoul Shakur KABURA obtient une bourse d’études aux Etats Unis

Tennis: Abdoul Shakur KABURA obtient une bourse d’études aux Etats Unis

Natif du quartier Buyenzi, Abdoul Shakur Kabura est un jeune tennisman qui gravit les échelons. Du court en terre bâttue du club de Tennis de Bujumbura où il fait ses premiers pas, au centre d’entrainement de l’ITF au Kenya, Shakur marque les esprits. C’est donc le tour des Etats Unis qui vont bientôt accueillir ce burundais féru du tennis pour une bourse d’études au Tyler Community college (pendant 2 ans). Médaillé d’argent aux Jeux africains 2019 en Algérie, Shakur nous partage son histoire d’amour avec la raquette.

L’air calme, un bon sens de l’humour, le gabarit avantageux, une musculature hors du commun, Shakur a ses atouts, qu’il met tous au service du sport qui l’a conquis : le tennis. Très fort et astucieux en technique de coup droit (Forehand), Shakur est doté d’une qualité qui fait la différence : la résistance et la rapidité pendant le jeu. Aujourd’hui dans le top 200 sur le classement de l’ITF junior, précisément à la 167ème place, cet amoureux du jeu à la balle en caoutchouc vient de franchir une autre étape dans sa carrière. Une bourse pour les Etats Unis. A l’heure où l’on écrit cet article,il compte 88 matches gagnés contre 48 matches perdus, avec en face une panoplie de médailles.

Qui est donc Shakur ?

Né le 22 janvier 2001 à Buyenzi, Shakur est fils unique dans sa famille et il ne lui reste pour seul parent que sa mère. Shakur a réussi (tout comme ses consœurs au tennis Sada Nahimana, Aisha Niyonkuru, et bien d’autres jeunes de Buyenzi) à brandir les couleurs du drapeau national à l’international et du même coup à briser les préjugés et à montrer que ce quartier « swahili » regorge bien des talents.

Même si son père fut un joueur de tennis, Shakur fait ses débuts au football. C’est un oncle à lui qui va l’attirer dans l’univers du jeu à la raquette. Au début, il passe du foot au tennis, sans privilégier aucun des deux. Il lui faudra une première sortie au tennis pour un tournoi des moins de 12 ans au Rwanda (2012) pour couper court avec le football. Envoûté, il décide de se consacrer dorénavant au tennis. Dans la catégorie des moins de 12 ans et 14 ans, Shakur était imbattable. C’est donc ses performances qui l’aident à intégrer le centre d’entrainement du Kenya. Durant les 6 ans qu’il a passé au sein de ce centre, Shakur suivait un programme d’ Economie et commerce financier en ligne à côté de ses entraînements.

Vers d’autres horizons…

Après avoir terminé ses études secondaires avec d’excellents résultats au sein de l’ITF, il décide d’appliquer pour une bourse universitaire. Pas n’importe quel pays mais les Etats Unis. « Grâce à mon classement au tennis, mon niveau et mes bons résultats, j’ai été sélectionné par Tyler Community collège aux Etats Unis. Je ferais 2 ans d’études », indique-t-il. Et de renchérir: « C’est vraiment très important pour moi d’avoir cette bourse dans un grand pays parce que je vais bénéficier d’une éducation de premier ordre tout en continuant à progresser dans le jeu ».

La vie est un long voyage qui exige de vraies munitions. Shakur (19ans) nous apprend qu’il fait de la musculation pour garder sa forme et utiliser à bon escient ses stratégies lors des matches. « Quand je joue, j’évite de faire beaucoup d’erreurs et me rassure que j’active mon compteur de points plus que mon adversaire. C’est le fruit de la musculation », confie-t-il sur son succès dans les matches. Contrairement à ses homologues, Shakur nous surprend lorsqu’il nous apprend qu’il n’a vraiment pas de joueur préféré. « Je m’intéresse à tous ceux qui prestent bien lors des matches ».

Interrogé sur ses meilleurs souvenirs, c’est avec un sourire aux lèvres que cet amoureux des voyages nous confie : « J’ai posé avec la star burundaise d’athlétisme Francine NIYONSABA lors des jeux africains 2019 en Algérie. J’ai également rencontré d’autres athlètes de renom. Cela m’a vraiment plu », se rappelle-t-il.
A long terme, Shakur aimerait que le tennis burundais puisse se développer et être connu au même titre que le foot.
En dehors du terrain, Shakur est un grand mélomane (du rap et Hip Hop américain) et un grand cinéphile. De temps en temps, il fait de la lecture.

Comme il faut de temps en temps dire un mot sage ou deux, il conseille aux jeunes de se battre pour la vie parce que la chance ne revient pas deux fois.

Fleurette HABONIMANA

Comments

comments