Teddy HARUSHIMANA : 14ans d’histoire avec les enfants de la rue !

Teddy HARUSHIMANA : 14ans d’histoire avec les enfants de la rue !

Teddy HARUSHIMANA,15 ans au service des enfants de la rue ©Akeza.net

 Teddy HARUSHIMANA vient de passer 14 ans au service des enfants de la rue. D’abord à son propre compte, puis au sein de New Generation, il est devenu au fil des années le bras droit de cette organisation. Plus discret, il préfère être loin des projecteurs mais proche des enfants. Pour les anciens enfants de la rue hébergés par New Generation, il est devenu, un frère, un ami, un confident.

 

Akeza.net: Bonjour Teddy, peux-tu nous faire une présentation, qui tu es, ce que tu fais …

 

Teddy : Bonjour. Je m’appelle Teddy Harushimana, je suis un passionné des enfants vulnérables. Pour le moment, je travaille au sein de l’organisation New Génération où j’occupe les fonctions de directeur de programme, je dirige aussi un projet d’enfants.

 

Akeza.net: Toi et les enfants de la rue, il parait que c’est toute une histoire.  Comment ça a commencé, depuis combien de temps ça dure?

 

Teddy : maintenant, je viens de faire 14 ans en train de travailler avec les enfants surtout les enfants dans la vie de rue. C’est connecté avec ma vie d’enfance. On vous dira que chaque vision est toujours connectée avec une histoire, l’histoire de l’individu qui est en train de mener à bout cette vision. J’ai été rejeté par mes parents quand j’avais 5 ans, alors c’était difficile pour moi de continuer mes études parce que là j’avais déjà commencé l’école maternelle. Vous vous imaginez tout ce  parcours que j’ai mené. J’ai pu continuer mes études primaires, secondaires, universitaires… Ce qui est étonnant c’est que c’est moi même qui payais tous les frais parce que j’ai commencé le business lorsque j’étais encore petit justement pour subvenir à mes besoins.

 

Lorsque j’ai terminé les études secondaires, c’est là que  j’ai commencé à réfléchir à ce que je pouvais faire pour  d’autres enfants qui menaient une vie similaire à la mienne. C’est alors que j’ai commencé à penser aux enfants de la rue. Je venais  au centre-ville de Bujumbura, j’essayais de connaitre leurs besoins. J’ai même vécu avec eux pendant 9 mois. C’est ainsi que j’ai pu comprendre leurs besoins. Après je me suis joint à l’association New Génération qui a déjà une bonne expérience dans le travail avec les enfants de la rue. Voilà jusque-là, c’est là que j’exerce mes fonctions toujours en continuant d’aider ces enfants.

 

Akeza.net: Et donc quand tu dis que tu as vécu avec eux pendant 9 mois ça veut dire que peut être tu passais la journée avec eux et que tu rentrais chez toi le soir ? 

 

Teddy: Non ce n’est pas ça. Ça veut dire que j’ai décidé de quitter ma famille pour aller au Palais des Arts là où il y avait plus de 50 enfants qui vivaient là-bas et moi j’étais là en tant que frère, père, protecteur , je cumulait tout ça.

 

Akeza.net: Pendant cette période que tu as passé avec eux, qu’as- tu as appris de leur vie que peut-être cette personne qui passe ne sait pas ou ne comprend pas ?

 

Teddy: J’ai notamment que les enfants vont dans la rues pour deux grandes raisons : il y a les causes internes et les causes externes.

 

Pour les causes internes, ce sont les causes liés à la famille :

-La plupart des enfants sont rejetés par leurs familles parce que ce sont des familles  illettrées, pauvres et surtout pour les enfants issus des unions libres , donc  sans mariage. Des fois, les parents de ces enfants ne savent pas trop leur  responsabilité  vis-à-vis de leurs enfants.

 

-Il y a aussi les parents qui se remarient et l’enfant se retrouve avec une marâtre qui ne le reconnait pas

 

-Il y a également des enfants qui  fuguent et  quittent la maison pour aller vivre dans la rue de leur propre gré.

 

-Enfin il y a les enfants qui subissent des violences au sein de leurs propres familles.

 

-Pour les causes externes, ils  sont liés à la guerre, la pandémie du sida, bref toutes ces grandes maladies.

 

Akeza.net: Aujourd’hui tu dis que ça fait 14 ans que tu travailles avec ces enfants. Que sont-ils devenus ? Peut-on dire qu’ils ont réussi leur vie ?

 

Teddy : Tu sais avec les enfants de la rue, il y a toujours des hauts et des bas. Mais, il y en a qui ont réussi dans la vie. Par exemple maintenant, il y a des jeunes que nous sommes en train de former qui vont nous succéder. Personnellement , j’ai deux jeunes que je suis en train de coacher  pour qu’il me remplacent dans ce noble travail d’encadrer les enfants de la rue. Il y a d’autres qui ont déjà fondé leurs propres familles, d’autres ont des emplois honorables. Après,  il y en a d’autres qui n’ont pas réussi dans la vie.

 

Akeza.net: Quand tu dis qu’ils vont te succéder, tu veux remettre le tablier ?

 

Teddy : Non ce n’est pas ça, je pense plutôt à  étendre l’œuvre. Pourquoi ne pas aider d’autres enfants de la rue de Kampala, pourquoi ne pas aider les enfants qui sont en difficultés à Londres ?  J’ai une vision plus internationale que nationale. Au niveau local, il faut que je laisse continuer les enfants que j’ai pu encadrer.

 

Akeza.net: Quelle est ta plus grande fierté avec tout le travail que vous avez pu faire depuis cette époque-là jusqu’aujourd’hui?

 

Teddy : C’est  un sentiment de satisfaction !  J’ai cette vision d’équiper ces enfants, de leur montrer qu’eux aussi ils sont capables, qu’eux aussi ils peuvent devenir quelqu’un. Je me souviens quand j’étais avec eux au Brésil, mon grand rôle était de les soutenir moralement, et de leur montrer qu’ils ne sont pas là seulement pour jouer au football mais qu’ils sont en train de représenter leur pays et aussi qu’ils sont là pour atteindre leurs rêves.

 

Je leur faisais comprendre que ce sont eux aussi des gens de valeur, qu’ils peuvent eux aussi influencer et représenter leur propre pays. A vrai dire je suis satisfait, je suis fier de voir comment ils progressent et comment ils peuvent tendre la main à d’autres enfants de la rue, faire le plaidoyer pour les enfants qui sont encore dans la rue.

 

Akeza.net: Peut-on noter une amélioration remarquable qui s’est faite ces 15 dernières années ?

 

Teddy : Oui par exemple si vous essayez de regarder ici à Bujumbura, je ne peux pas dire qu’il n’y en a plus mais ils sont moins nombreux que dans les années 2000. Leur nombre a diminué grâce à cette œuvre que nous sommes en train de faire, grâce aux enfants qui sont retournés dans leurs familles, grâce aux enfants qui ont eu du travail, grâce à des enfants qui sont devenus majeures et qui ont fondés leurs familles. Je pourrais dire qu’ il y a de l’amélioration ici à Bujumbura . Mais quand même il y a à faire à l’intérieur du pays, parce que ces enfants sont majoritairement concentrés dans les provinces de Kayanza, Gitega, Ngozi, Kirundo, Muyinga et une partie de Rumonge.

 

Akeza.net: Donc du coup maintenant il y a tendance à avoir des enfants de la rue à l’intérieur du pays ?

 

Teddy : Normalement, plus de 50% des enfants de la rue que nous avons ici à Bujumbura, viennent de l’intérieur du pays. C’est pour cela qu’au sein de New Generation, nous sommes en train de voir comment on pourrait construire une sorte de village d’enfants à Muyinga où nous avons déjà commencé les constructions justement  pour aider ces enfants qui sont aussi à l’intérieur du pays.

 

Akeza.net: Avec la situation sécuritaire dans la ville de  Bujumbura, n’as-tu pas l’impression que vous allez devoir recommencer le travail que vous avez faites depuis 15 ans ? Des familles disloquées, des orphelins…ça donne de bons candidats pour la vie de rue…

 

Teddy: ça c’est normal pour un pays qui traverse une crise comme la nôtre. Je dirais qu’on aura du travail surtout au niveau psychologique de ces enfants parce que nous avons beaucoup d’enfants qui ont vécu des atrocités mais je ne pourrais pas dire qu’on aura beaucoup d’enfants qui vont aller dans la rue, non, mais je dirais que nous en tant que New Generation, nous allons contribuer dans ce sens où nous allons déployer notre expertise pour des organisations qui vont justement venir en aide à ces enfants dans les mois à venir.

 

Akeza.net : On sent que tu as déjà fait beaucoup, mais qu’est-ce qu’il devient le Teddy de l’avenir ?

 

Teddy : Le Teddy de l’avenir va devenir professeur d’université, le Teddy de l’avenir va se lancer dans le cinéma, je suis un passionné de films . Dernièrement j’ai écrit un script pour le compte de l’organisation américaine Search for Common Ground, c’est un film qui parle de la promotion du leadership féminin. Je suis passionné de la manière dont les occidentaux réalisent leurs films.  Par exemple lorsque tu regardes Prison Break ou 24h chrono, les techniques et l’excellence qu’ils ont utilisées, c’est ce que j’aimerai voir ici au Burundi, qu’on produise de bons films et séries. Mais aussi à l’ avenir j’aimerai  être un conférencier qui peut influencer les leaders locaux et  internationaux. A la fin, je veux me lancer dans l’écriture.

 

Akeza.net : Donc, dans  l’avenir, tu  n’es pas avec les enfants de la rue?

 

Teddy : Je resterai avec les enfants de la rue dans le sens de les former, pour qu’ils puissent être équipés, afin  qu’ils puissent continuer à appuyer et aider d’autres enfants qui sont dans la rue.

 

Akeza.net : Merci beaucoup Teddy et bon courage !

 

Teddy : Merci à vous .

 

Propos recueillis par Landry MUGISHA

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.