Taux élevé des crédits impayés, défis du secteur bancaire burundais

Taux élevé des crédits impayés, défis du secteur bancaire burundais

Vue des participants au cours de l’atelier

Au cours d’un atelier sur la problématique de fixation  du taux d’intérêt et les contraintes de la réalisation des garanties dans l’industrie bancaire organisé par l’Association des Banques et Etablissements Financiers  du Burundi(ABEF), différents défis du secteur bancaire burundais ont été relevés. Le taux élevé des crédits impayés  en fait partie.

Selon Dr Eric Ngendahayo qui a exposé sur les enjeux et défis du secteur bancaire burundais, les défis qui hantent  le secteur bancaire burundais sont entre autres l’environnement macroéconomique défavorable, l’absence d’information sur les clients et l’étroitesse du marché. Il n’a pas manqué de signaler aussi que les mécanismes de garanties limités et inefficaces (mécanisme de garanties orientés uniquement vers l’hypothèque, absence de mécanismes fiables de prises de garantie non hypothécaire), coût du crédit et le taux d’impayés trop élevés dans le secteur font aussi partie des défis du secteur bancaire.

Les participants  qui étaient présents avancent que le problème ne réside pas seulement au niveau du taux d’intérêt élevé mais aussi au niveau de notre agriculture de subsistance étant donné que plus de 80 % de la population burundaise vit de l’agriculture et ces derniers contractent des crédits auprès des banques. Le remboursement de ces crédits leur semble très dur car leurs activités ne sont pas rentables.

Il faut développer le secteur agricole afin de transformer notre agriculture de subsistance en agriculture de marché, il faut aussi regrouper les agriculteurs en coopérative et leur chercher des marchés d’écoulement des produits. Sinon, ils risquent de ne pas être capables de payer leur crédit et le taux de crédits impayés s’élève dans les banques.

Jusqu’en avril 2016, le taux d’impayés était de 23%, en décembre 2015, il était de 18,6% et  en décembre 2014 il était de 11,10%

Alexandre NDAYISHIMIYE

Comments

comments