[Talents Emergents] : Karl Van Melvin IRAKOZE, le probable « Challenger » de Scott et Crésus ?

[Talents Emergents] : Karl Van Melvin IRAKOZE, le probable « Challenger » de Scott et Crésus ?

La série « Talents Emergents » vient mettre en exergue le parcours des jeunes talents burundais au niveau local dans différentes disciplines sportives. Peu médiatisés, ils se retrouvent à la croisée des chemins au sein d’un environnement qui ne leur permet pas d’exploiter ou encore de jouir pleinement de leur talent.

 

Notre 4ème entrevue nous met sur la piste de Karl Van Melvin IRAKOZE. A 20 ans, Melvin est un jeune nageur polyvalent (capable de déployer ses ailes sur différentes épreuves), une véritable vedette vogue dans la Natation burundaise. Double médaillé d’or, quadruple médaillé de Bronze, meilleur nageur du championnat sous régional (CANA Zone III en 2019) et tout récemment meilleur nageur du championnat national de Natation 2020 avec une trentaine de médailles à son actif, Melvin émerge petit à petit dans cette discipline.

 

Passionné des eaux depuis tout petit, sa vitesse grand V menace de battre les records de ses 2 grands rivaux Billy Scott IRAKOZE et Belly Crésus GANIRA. Longtemps resté dans leur ombre, serait-il leur probable « challenger » ? Qui est-il donc ? Quel est son parcours ? Quelles sont ces ambitions ? Il se dévoile à nous…

 

Une histoire d’amour avec l’eau

 

Il faut dire que l’eau a toujours fait partie de la vie Karl Van Melvin IRAKOZE. La Natation a séduit son imaginaire depuis le bas âge, nous disait-il. Né le 22/10/2000 au quartier Kinanira 2, dans une fratrie de 5 enfants dont il est le 4ème, Melvin a bénéficié de la proximité avec la piscine sise au Mess des officiers de l’armée du Burundi. Cette piscine a le mérite d’avoir guidé les premiers pas de nombreux nageurs burundais. C’est donc là que débute son histoire d’amour avec l’eau.

En 2012, il intègre le club ENAFIT (le club préféré de presque tous les enfants de son quartier). Dans ce club, il découvre sa passion pour la Natation. A cette époque, il a 12 ans et c’est plutôt un autodidacte. « Il n’y a personne qui m’a poussé à aimer ce sport. C’était le hobby de tous les enfants de mon âge au quartier. Comme on l’aimait beaucoup, on s’est retrouvé dedans. C’était notre occupation en dehors de l’école ».

 

L’adrénaline prenant, Melvin va continuer à évoluer petit à petit dans la discipline. Deux ans après son réel engagement dans ce sport, il effectue sa première sortie en 2014. Il représente le pays à une compétition régionale CANA Zone 3 & 5 en Ouganda, durant laquelle il ne brille pas et rentre avec 0 médaille.

 

En dépit de cette mauvaise entame, il ne lâchas pas puisqu’il va se corriger lors de 3 compétitions de la FEASSA (Federation of East Africa Secondary School Championships), en remportant 15 médailles sur 3 années consécutives : en 2015, 4 médailles ; en 2016 : 6 médailles et en 2017: 5 médailles. Cette performance lui offre l’opportunité de mettre les pieds pour sa toute première fois dans une compétition d’envergure internationale : le Championnat du monde de Natation en petit bassin en Chine en 2018, où il n’obtient aucune médaille.

 

Petit à petit l’oiseau fait son nid

 

Avec l’expérience acquise, Melvin ne croise pas les bras. Il essaie de maintenir son élan. Lors de la compétition régionale CANA Zone 3 & 5 au Kenya en 2019, il crée la surprise en décrochant 6 médailles (dont 2 en Or et 4 en Bronze). Cerise sur le gâteau, une Coupe de meilleur nageur lui sera décerné dans la catégorie des 17 ans et plus.

 

Avec un corps athlétique et une musculature avantageuse, Melvin s’entraine 5 fois par semaine et fait de la musculation 2 fois par semaine. Il est connu pour son endurance sur de longues distances, sa rapidité et sa souplesse dans les vitesses. De plus, il se distingue de par sa polyvalence qui lui permet d’évoluer sur plus d’épreuves que ses compères Scott et Crésus (qui préfèrent les distances courtes).

 

Melvin déploie habituellement ses ailes sur 6 épreuves avec les chronos respectifs suivants : 100m papillon en 1min ,02sec ; 50m papillon en 27sec ,76tierces ; 100m crawl en 55 sec, 28tierces ; 50m crawl en 25sec ,07 tierces ; 50m brasse en 32 sec, 58tierces. Il a tout récemment été sacré Meilleur Nageur du championnat national, Edition 2020.

 

Un challenger pour les champions Scott et Crésus ?

 

Longtemps dans l’ombre derrière Billy Scott et Belly Crésus, et aujourd’hui sans concurrence suite à l’absence temporaire des 2 champions sur le territoire national, Melvin est en train d’émerger et s’annonce comme leur éventuel “challenger”. Interrogé à ce propos, voici ce que nous disait Billy Scott IRAKOZE : « Non je n’ai pas peur [Rires]. Les records sont là pour être battus. C’est pourquoi nous nous entrainons régulièrement pour être performants. S’il arrive qu’il les batte, c’est toujours pour le bien de la natation burundaise car il est encore jeune ». Ces dernières années, Billy Scott IRAKOZE, son ainé dans la Natation, passait la plus grande partie de temps au Kenya pour son cursus universitaire.

 

 

Quant à Belly Cresus GANIRA, champion national et présentement au sein d’un centre d’entrainement de la FINA au Sénégal depuis Novembre 2019, il semble aimer le challenge : « Non, je n’ai absolument pas peur qu’il puisse battre mes records. C’est plutôt un sentiment d’excitation de voir qu’il est en train de monter. Plus il montera, plus il me poussera à travailler davantage. Toutefois, je vous réserve beaucoup de surprises pour 2021 et il sait qu’il devra se donner encore plus à fond pour pouvoir me dépasser un jour [Rires] ».

 

 

« C’est un nageur qui a un bon style de nage, une bonne technique : il commet moins d’erreurs que ces compères Scott et Crésus quand il nage et il a de la force. Seulement, il a encore besoin de discipline et de beaucoup d’entrainements. Un autre hic par rapport aux 2 est qu’il compte moins de participations à des championnats de grande envergure internationale. Mais, je suis sûre que s’il effectue plus d’entrainements, il pourrait les battre. C’est juste une question de travail et de courage », indique Elsie UWAMAHORO (ancienne olympienne et entraineuse), qui le suit de près.

 

 

S’inspirant de Florent Manaudou, champion français spécialiste des épreuves de Nage libre, cet élève en 2ème post-fondamentale en informatique de télécommunications à l’ITELETIQUE, ambitionne d’aller loin avec la Natation et s’il le faut battre des records nationaux et internationaux.

Fleurette HABONIMANA

Comments

comments