Swagg Team: De danseurs à chanteurs, le parcours d’un groupe d’amis

Swagg Team: De danseurs à chanteurs, le parcours d’un groupe d’amis

Swagg Team et Big Fizzo quand ils annonÇaient la sortie de «Killing Me»

Aujourd’hui parmi l’un des groupes les plus en vue de la capitale, Swagg Team a un parcours plus ou moins particulier. Les 5 jeunes n’auraient pas imaginé de faire partie aussi vite du paysage musical burundais et prétendre à la notoriété. Ceux qui, il y a encore quelques années, ne faisaient de la musique et de la danse que pour le plaisir, affichent aujourd’hui une ambition de conquérir les scènes du Burundi et de l’Afrique.

On voulait devenir comme ceux que l’on voyait à la télé

Tout commence en 2008 lorsque Joliswagg, Saigon, Tayana et beaucoup d’autres se retrouvent dans un groupe de danse à l’époque nommé « TopDance ». Des jeunes passionnés de danse et de musique qui décident de se réunir pour partager leur amour de la danse. Le groupe fait son petit chemin au milieu des danseurs de la capitale en participant à plusieurs concours de danse dont le « Tamba ». Avec cela vient une certaine renommée qui leur vaudra d’être approchés par le chanteur Sat-B qu’ils accompagneront lors de sa tournée pour le concours Primusic en 2013.

La proximité avec Sat-B fera naître en eux une envie pour le micro. « En étant aux côtés de Sat-B, l’envie de chanter nous prenait de plus en plus. Nous passions beaucoup de temps avec lui et il nous arrivait de chanter des fois avec lui pour le plaisir et on aimait ça. Mais l’élément déclencheur aura été le fait de le voir sur scène chanter et être adulé du public. Cela nous a vraiment donné envie de devenir des stars. On voulait devenir comme ceux que l’on voyait à la télé », nous explique Saigon, un des membres du groupe.

L’envie et le désir de toucher les étoiles comme les autres stars burundaises a poussé le groupe à se lancer de façon plutôt anonyme dans la musique en enregistrant dans des «home studios» des morceaux hip-hop, qui pour la plupart sont restés dans leur sphère privé. Et sans trop s’en rendre compte, Swagg Team allait bientôt naître. Ce qui se concrétisera lorsque Swagg Team enregistrera «Imvura Y’ibi Baby), son premier morceau d’ampleur en collaboration avec Sat-B.

Des premiers pas un peu difficiles

 Le groupe qui comptait une dizaine de membre, s’est épongé avec le temps avec le départ de certains membres qui pour des raisons d’études et autres ont dû quitter le pays et donc laisser tomber. Ne comptant plus que 5 membres, l’aventure était sur le point de commencer pour Swagg Team. La première chose fut de changer le nom du groupe. « Au départ, Swagg team était un surnom. Nous nous trouvions classes et nous l’avons donc ajouté pour nous affirmer. Et avec le temps, Top Dance ne cadrait plus avec ce que nous faisions puisque nous avions arrêtés la danse. Nous avons donc décidé de changer de nom et devenir Swagg Team», raconte Joliswagg, un autre membre du groupe.

Mais le départ de certains des membres parmi les plus actifs affaiblira le groupe qui prendra du temps à reprendre du poil de la bête. « Après la sortie de Imvura Y’ibi baby, certains d’entre nous ont dû partir. Mais je tiens à préciser que personne n’est parti à cause d’un conflit, c’est surtout pour les études et d’autres raisons familiales que beaucoup d’entre nous ont quitté le pays. Et la plupart de ceux qui sont partis étaient les meilleurs chanteurs du groupe. Il ne restait que Tayana (la fille du groupe) et Moly. Cela nous a un peu compliqué. A cela s’est ajouté le fait que notre sponsor principal avait connu certaines difficultés. Cela nous a véritablement ralenti. Plusieurs mois se sont passé sans que l’on ne sorte un seul morceau et la rumeur a commencé à se répandre comme quoi le groupe était mort. Une rumeur qui a révolté et qui nous a poussé à tout faire pour relancer l’activité du groupe », raconte Saigon.

Un moment de disette qui n’a pas eu raison du groupe qui trouvera le moyen de se relever.

Lire aussi: Swagg Team, un groupe avec lequel il faudra compter en 2018 !

Le calme après la tempête

Après des mois de réflexion sur les moyens de revenir sur la scène musicale, Swagg Team décide de tenter le tout pour tout. Une dernière tentative qui allait soit les éteindre pour toujours, soit les ramener à la lumière. « On avait peur de sortir des chansons puisque l’on était les moins connu du groupe. La plupart d’entre nous n’avaient pas chanté sur les premiers morceaux. Mais nous avons décidé de tout tenter dans un projet. On a joué notre «va tout » sur le morceau « Walewale », un morceau assez hip hop dans lequel on faisait savoir qu’on était là et qu’on allait continuer d’avancer. Que ceux qui sont partis font toujours partie du groupe malgré la distance. Nous avons réussi à réunir de l’argent pour la vidéo et nous avons tourné le clip de cette chanson », précise Saigon.

Walewale aura été le morceau de la renaissance pour Swagg Team puisque peu de temps après la sortie du clip, ils seront contactés par Mr BonFils qui leur proposera de prendre en charge le management du groupe. Ce qui pour le groupe était une aubaine puisque celui-ci a décidé de porter le groupe et l’amener plus haut.

Sous la direction de Mr Bonfils, le groupe enregistre le morceau « U da One », produit par Kolly The Magic et qui va lancer les projecteurs sur le groupe et les faire connaître un peu plus du public burundais. « Après la sortie de U da one, nous avons reçu énormément de messages de soutien et d’encouragement ». Un soutien qui les motivera à sortir le clip de ce morceau. Un clip qui sera bien accueilli par le public. Swagg Team se réveillait enfin de son long sommeil.

Les bonnes nouvelles ne venant pas seul, le groupe se verra enregistrer un morceau avec la star burundaise, Désiré Mugani alias Big Fizzo. Si le moment entre le premier contact et le studio aura été relativement long, le groupe finira par entrer en studio en 2017 avec Big Fizzo et enregistrer la chanson « Killing me». Un morceau qui connaît un succès monstre auprès du public et qui mettra encore plus de lumière sur le groupe qui peu à peu s’affiche comme un des groupes les plus en vue de la capitale.

Des ambitions de grandeur sans mesure

Si Swagg Team veux conquérir la scène burundaise,  Saigon et ses compère rêvent encore plus grand. En effet, au-delà du Burundi, le groupe veut gagner l’Afrique et le reste du monde. Et il semble avoir amorcé le processus. Leur dernier titre en date en est la preuve. Sorti en début de cette année 2018, le morceau « Down » est la première collaboration avec un artiste étranger. Fait en collaboration avec la chanteuse ougandaise Fille, ce morceau est le premier pas vers leur conquête de la sous-région. « Nous en sommes au point où nous sommes plus que jamais motivé à aller au-delà de ce que nous faisons aujourd’hui. Tout le monde rêve d’aller loin et cela est pareil pour nous. Nous voulons que notre musique traverse les frontières comme ceux que nous voyons tous les jours à la télé et ailleurs. Cela est notre plus grand but. Faire rayonner le Burundi à travers le monde. Alors que le public nous fasse confiance et il ne sera pas déçu », nous explique Joliswagg.

Une ambition déclarée et assumée par le groupe Swagg Team qui veut plus que jamais conquérir le monde.

 

Moïse MAZYAMBO

 

Comments

comments