Suavis CITEGETSE, un exemple concret d’une femme multitâche et efficace

Suavis CITEGETSE, un exemple concret d’une femme multitâche et efficace

Suavis CITEGETSE, un exemple concret d’une femme multitâche et efficace ©Akeza.net

Le 5 juillet 1973, CITEGETSE Suavis voit le jour à Ruyigi à la colline de Buruhukiro. Elle est l’ainée dans une famille de cinq enfants. Orpheline de père et de mère à l’âge de 15 ans, elle est éduquée par  « un oncle tendre et courageux » nous confie-t-elle. Mariée et mère de trois enfants une fille et deux garçons, Suavis a une devise dans la vie de tous les jours « In every vein of your body there is a potential waiting to be unlocked », des mots pourraient se traduire comme ceci “ Dans chaque veine de notre corps, il y’a un potentiel qui attend d’être libéré”.

 

Maitre et éducatrice

Autrefois juge au Tribunal de Grande Instance de Bujumbura, Me Suavis exerce en tant qu’avocate depuis l’année 2012. Elle est un exemple vivant d’une belle créativité. A côté de ses fonctions d’avocate, Suavis crée en 2011 l’école « Le Sourire » à Ruyigi qui arrive actuellement en 4ème primaire. « J’ai été touchée par le fait de voir des enfants de ma province natale qui n’avaient pas accès à l’éducation préscolaire qui est très nécessaire et j’ai voulu faire ce que je pouvais » nous révèle-t- elle. « J’ai créé cet école pour promouvoir l’école pour tous dès la petite enfance » ajoute-t elle. Elle a commencé toute seule cette initiative et a pu être aidée par certains des parents peu après. Ces parents dont les enfants évoluent à l école Sourire habitent à Ruyigi. Motivés par l’idée, ils ont contribué en la recherche des enseignants qualifiés pour une formation de qualité. Elle a ensuite mis sur place un conseil d’administration et un staff, un personnel avec lequel elle reste en contact pour assurer un bon fonctionnement de cette école.

En toge d’une artiste

« L’art est pour moi une passion et un moyen de contribuer dans la société en se donnant du travail sans oublier les autres » affirme Suavis. Tout a commencé avec une rencontre avec son amie avec un sac. Suavis tombe vite sous le charme du sac et demande à son amie de lui montrer comment en fabriquer. C’est ainsi qu’elle se lance dans l’art. Elle a ouvert son atelier en Janvier 2018 et y forme désormais des jeunes. Différentes activités se réalisent dans cet atelier nommé  « Sourire Plus ».

Grace à cette deuxième initiative, Suavis accorde une chance aux élèves qui le veulent d’apprendre le métier notamment pendant les vacances et pour chaque objet fabriqué, ces jeunes sont payés. Ainsi ces derniers peuvent des fois s’offrir du matériel scolaire et bien débuter l’année scolaire. A part les sacs crées avec des perles, Suavis rêve de faire encore plus, d’agrandir son atelier pour donner encore plus une occupation à la jeunesse burundaise. Pour l’instant, elle est passée à la création de vases, de nappes, de sous plats, des bijoux et autres objets de décor. « Mon objectif est d’aider spécialement les jeunes en les empêchant d’être passifs » s’exprime-t-elle. Elle aimerait lancer un appel à toute personne pouvant l’aider dans sa mission car elle a encore besoin de plus d’outils comme des ordinateurs à l’école et d’autres choses pour pouvoir aller loin avec tous ceux qui viennent à elle.

 

Huguette IZOBIMPA

Comments

comments