Statistique : SNDN-II, Un document stratégique de planification

Statistique : SNDN-II, Un document stratégique de planification

Une vue des participant à l’atelier ©akeza.net

L’Institut  de Statistiques  et d’Etudes Economiques du Burundi a tenu ce mardi 17 janvier 2017, au Tiger Hotel & appartment, l’atelier de dissémination de la Stratégie Nationale de Développement de la Statistique (SNDS-II) du Burundi. Au sommaire de cet atelier, la présentation du document de synthèse de la dite stratégie et une séance d’échange entre les cadres de l’ISTEEBU et les différents participants.

 

L’atelier a commencé par un mot de bienvenue du Directeur Général de l’ISTEEBU et du mot d’ouverture du secrétaire du Ministre à la présidence chargé de la Bonne Gouvernance et du plan. S’en est suivi la présentation du document de synthèse de la SNDS-II. Ce document rédigé de manière participative contient en premier lieu le contexte, les justifications et les résultats attendu par rapport à la dite stratégie, la présentation du SSN (Système Statistique National), les principales conclusions et recommandations de l’évaluation finale de la SNDS-I (2010-2014) et enfin la présentation proprement dite de la SNDS-II.

 

Le document, très exhaustif, contient tous les détails sur la SNDS-II. Son processus d’évaluation, sa vision et ses axes stratégiques, son plan pluriannuel, ses mécanismes de financement et bien évidement sa mise en œuvre et son suivi et évaluation. Et comme pour le SNDS-I, le SNDS-II s’étend sur une période  de 5 ans (soi t de 2016 à 2020).

 

Sa vison est celle du SSN qui est de doter le pays d’ un  « Système statistique national basé sur les principes fondamentaux de la statistique officielle, capable de produire, de publier et de disséminer dans les délais, des données statistiques de qualité requise pour le suivi et la mise en œuvre des politiques, programmes et projets de développement, des objectifs de développement durable et de la révolution des données »

 

Signalons que le coût total de la SNDS-II est de 55.25 milliards de Frans Burundais. Un peu moins que la SNDS-I qui a couté 58.43 milliards. Pour ce qui est des mécanismes de financement, l’ISTEEBU affirme que les 2 premières années, ils se contenteront des moyens traditionnels de financement des partenaires dans l’objectif de constituer, à moyen et long terme, un fond fiduciaire pour le financement.

 

L’ISTEEBU tient également à signaler que ce document de synthèse n’est pas sa seule propriété mais que ceci est un document stratégique de planification appartenant à l’ensemble du système statistique national. Le  document disponible sur le site internet de l’ISTEEBU.

 

L’atelier s’est terminé par une séance d’échange entre les participants et les cadres de l’ISTEEBU qui ont répondu de manière assez exhaustive aux questions des uns et des autres.

 

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments