Société : La COCAFEM/GL fait appel aux média dans la lutte contre les Violences Sexuelles Basées sur le Genre (VSBG)

Société : La COCAFEM/GL fait appel aux média dans la lutte contre les Violences Sexuelles Basées sur le Genre (VSBG)

Les intervenantes lors de la conférence de presse ©Akeza.net

La Concertation des Collectifs des Associations Féminines de la Région des Grands-Lacs (COCAFEM/GL) a tenu une conférence, le mercredi 30 Août une conférence de presse sur ses interventions et de ses partenaires dans la lutte contre les violences sexuelles et basées sur le genre (VSBG) dans la région des grands lacs.

Organisé sous forme d’atelier, cette conférence réunissait les partenaires de la COCAFEM et  les principaux acteurs dans le secteur de la lutte contre les VSBG au Burundi dont les collectifs membres de la COCAFEM, l’UNICEF, la Coopération Suisse, le ministère de la justice, le CIRGL, le ministère ayant le genre dans ses attributions, le ministère de la défense mais également de nombreux journalistes. Les médias étant les principaux invités de cette conférence.

Le but premier de cette séance était celui de partager les acquis et réalisation de la COCAFEM dans la région des Grands Lacs en matière de lutte contre les VSBG. L’important était de montrer le travail fait par la concertation en près de 16 ans d’existence et leur impact sur les populations ciblée.

Créée en 2001, la COCAFEM est la seul plateforme sous régionale du genre réunissant 11 collectifs issus du Burundi, de la République Démocratique du Congo et du Rwanda et basés sur les VSBG. Cela représente près de 1861 associations repartis dans les 3 pays.

La conférence s’adressant principalement aux professionnels des médias, il était également question de lancer la réflexion sur la capitalisation des espaces des médias sur la question des VSBG en matière de prévention, protection, assistance aux victimes/rescapés et de lutte contre l’impunité des auteurs des VSBG.

Durant la conférence, des intervenants ont exposé sur des sujets directement liés à la lutte contre les VSBG. Ainsi l’Ambassadeur Eliane Mokodoko du CIRGL a donné un bref aperçu sur le mécanisme de collaboration entre les états et la CIRGL dans la mise en œuvre de la Déclaration de Kampala sur les violences sexuelles et basées sur le genre et des protocoles de la CIRGL. Selon l’ambassadeur Mokodoko, il appartient aux états de domestiquer les protocoles et d’en faire des lois pour que celles-ci servent à lutter contre les VSBG.

Idem pour la représentante du ministre de la justice qui a pour sa part parlé de toutes les dispositions légales en vigueur au Burundi en termes de lutte contre les VSBG. Il s’agit là de l’investigation, la documentation, l’administration de la preuve, la procédure pénale et les tarifs légaux des frais de consignation et de justice en matière des VSBG. Elle a tenu à préciser que depuis 2016, la justice burundaise dispose d’une loi spécifique sur les VBSG qui permet de traiter de manière efficace les cas de VSBG aussi dans la prévention que la répression.

Notons qu’un court métrage sur les réalisations de la COCAFEM/GL dans les 3 pays dans lesquels elle opère a été projetté.

Pour Thérèse Ntijinama, présidente de la COCAFEM/GL, les médias jouent un rôle des plus importants dans la lutte contre les VSBG. Cela se fait dans la sensibilisation des populations sur l’existence, la prévention mais aussi le suivi et la prise en charge des victimes de ce qui est un fléau pour la société.

Elle a donc interpellé les journalistes et autres professionnels des médias à accorder un espace médiatique conséquent afin que les populations soient informées sur le sujet. Un message qu’elle espère, recevra une suite favorable de la part des médias. Des médias qui ont promis d’accorder plus d’espace à ce sujet. Mais , ils ont également sollicité plus de communication entre la COCAFEM/GL et les professionnels des médias.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments