Santé : Que faire pour avoir un accouchement à moindre risque ?

Santé : Que faire pour avoir un accouchement à moindre risque ?

L’arrivée d’un nouveau-né dans une famille est un sujet de joie, aussi bien pour les futurs parents que pour leurs proches. Mais ce moment de joie peut vite tourner en cauchemar lorsque les précautions ne sont pas prises pour permettre un accouchement en sécurité. Bien que le risque zéro n’existe pas, on peut toutefois faire en sorte que les choses se passent avec le moins de risques possibles.

Les consultations prénatales, une obligation

Négligées par certaines personnes, ignorées par beaucoup, les consultations prénatales sont pourtant d’une importance vitale dans le déroulement d’une grossesse. Pour de nombreuses raisons, faire ses consultations prénatales est indispensable.

Premièrement, cela permet de faire un diagnostic précoce de la grossesse. Il est important pour le couple et pour les médecins de faire un état des lieux de la grossesse à temps. Ainsi, le diagnostic posé, le médecin connaitra l’état de santé de la femme et de la vie qu’elle porte en elle et pourra suivre la patiente de manière spécifique et donner les bons conseils.

En effet, de multiples complications peuvent être évitées grâce à ces consultations. On pourrait citer les risques liés à l’état de santé de la mère (sérologie, groupe sanguin, état nutritionnel, antécédents médicaux et obstétricaux, âge maternel etc.)  et celui du fœtus (évolution fœtale, retard, malformation, éviction de la transmission mère-enfant des maladies).

Consulter le plus tôt possible permettra au médecin de recentrer ses consultations, qui ensuite donnera ses conseils, fera son suivi, donnera différents traitements et précautions basé sur les besoins spécifiques de la mère et de l’enfant (CPNR, Consultation Prénatale Recentrée). Cela pouvant être l’administration de vaccin ou encore les TPIG (Traitement Préventif Intermittent de la grossesse)

En gros, les consultations prénatales permettent  de :

–           Prévenir les risques évitables

–           Evaluer les risques liés à l’accouchement

–           Faire un plan d’accouchement (date probable, lieu et mode, moyen à mobiliser etc.)

 

Consultation Post-natales (CPoN) et Planification familiale

Si les consultations prénatales (CPN) sont indispensables, les consultations post-natales (CPoN) ne sont pas à négliger. En effet, il est plus que nécessaire de faire un suivi postpartum (après accouchement) de la mère et de l’enfant ; ce qui permet de prévenir tout risque lié à des problèmes pouvant subvenir après un accouchement, de s’enquérir de la santé de la mère et de l’enfant, faire le suivi des vaccins etc.

Notons que les consultations prénatales et postnatales concernent autant les femmes que les hommes.

Pour accompagner le suivi par les CPN et les CPoN, faire recours à la planification familiale est l’étape suivante. En effet, les malades avec l’aide des médecins doivent discuter au sujet de la planification et choisir une ou des méthodes de contraception. Il est important de retenir que les méthodes de contraception sont indispensables dans l’espacement des grossesses.

Les grossesses successives et non contrôlées mettent les femmes en danger (accouchements compliqués, risquent de développer des maladies entre autres les fistules obstétricale etc.) et déséquilibrent les familles. Faire recours à la planification familiale permet donc aux femmes d’avoir suffisamment de temps de repos après chaque accouchement. Cela permet également au foyer de maintenir un équilibre entre la croissance économique de la famille et le nombre d’enfants. Sans oublier la gestion de l’éducation des enfants qui ont besoin d’une attention suffisante de la part de leur parent dans le processus éducatif.

Une maternité à moindre risque implique donc le concours d’une action synergique de la part des bénéficiaires et des prestataires de soins, le tout pour la mise en place d’une gestion efficace de la grossesse et de l’accouchement.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments