Le Réseau National des Jeunes Vivant avec le VIH fêtait le nouvel an ce week end

 

Rose Meyer,coordinatrice pays de l'ONUSIDA au Burundi , Cédric N. & JP Gentil U ,respectivement président et vice président du RNJ+ (www.akeza.net)

Rose Meyer,coordinatrice pays de l'ONUSIDA au Burundi , Cédric N. & JP Gentil U ,respectivement président et vice président du RNJ+ (www.akeza.net)

Le réseau national des jeunes vivants avec le VIH sida rassemble chaque année ses membres pour échanger sur les progrès réalisés, les défis à relever, penser aux perspectives d’avenir ainsi que  célébrer ensemble le nouvel an. Cette année la rencontre a eu lieu samedi le 24 mars au Snack Bar La Reine.

Ici l’interview de Jean Paul Gentil Uwase, représentant Légal au niveau national.

 

Akeza.net : Pouvez-vous nous parlez en long et en large de votre association?

 

Gentil׃ notre association est composée de jeunes porteurs du VIH sida ainsi que de sympathisants de nos œuvres. Nous accueillons tout le monde parce que malade ou pas la question du VIH sida concerne tout le monde.

 

Akeza.net : Que représente pour vous cette journée ? Qu’est ce que vous célébrez ?

 

Gentil ׃ aujourd’hui, c’est une occasion de nous évaluer, de relever les défis, de penser à notre avenir. C est également une occasion pour nous de nous souhaiter de meilleurs vœux. Vous savez, la plupart des jeunes ici rassemblés, sont orphelins, il arrive qu’ils perdent espoir, ils vivent dans la peur de mourir à tout instant, ils n ont personne avec qui partager les joies et les peines. Ainsi c’est avec joie que nous nous rassemblons pour partager  ces moments de joie.

 

Akeza.net : Quel est l’objectif principal de votre association ?

 

Gentil : Notre mission principale est de rassembler les jeunes vivants avec le VIH sida dans une même association, les amener à reconnaitre et affirmer leur état de santé sans crainte. Notre objectif est aussi d’enseigner aux jeunes comment se protéger, et de sensibiliser les  mères vivant avec le VIH sida de  suivre le traitement comme il se doit afin d éviter la contamination mère-enfant.

 

Akeza.net : Depuis quand votre association est-elle en fonction ?

 

Gentil : Cette année est la huitième.

 

Akeza.net :Etes-vous satisfaits du résultat de  votre travail, vous avez déjà atteint votre objectif ?

 

Gentil :Je vous ai déjà dit que notre 1er objectif était de ressembler les jeunes porteurs du VIH sida, nous y sommes arrivés. Aujourd’hui notre association compte 290 membres au niveau national. Nous avons douze antennes à l’intérieur du pays. Nous unissons nos forces pour atteindre notre objectif. Notre thème étant…et puis nous avons su gagner la confiance des gens membres d’autres associations.

 

 Akeza.net : Y a-t-il des associations avec lesquelles vous collaborez, d une manière ou d une autre ?

 

 

Ils sont nombreux, les plus importants étant Urunani ABS, LNAJS,  ANSS, SWA Burundi, Nouvelle Esperance, CPES…

 

Akeza.net : De nombreuses associations de lutte contre le sida comme la votre, ont vu le jour pour disparaitre le lendemain. Vous, vous êtes parvenu à travailler  toutes ces années, et vous continuez à progresser. Comme  faites -vous  pour y arriver ?

 

Gentil : Nous sommes fiers d’avoir parcouru tout ce chemin. Ca nous donne du courage. Notre réussite est le résultat de nos efforts. Les membres de l association se considèrent comme frères et sœurs.  Il règne dans notre équipe cet esprit d’entraide.

 

Akeza.net : Avec la crise économique mondiale, les fonds destinés à appuyer  les programmes de lutte contre le sida ont sensiblement diminué. Est-ce que vous n’êtes pas dérangés dans vos réalisations? Votre rythme de travail  n’est pas affecté ?

 

Gentil : Dans nos associations, nous faisons en fait du volontariat, nous ne sommes pas trop habitués à recevoir de l’aide. Il est vrai, il nous arrive d’en bénéficier mais très peu. Notre réussite est le résultat de nos efforts. Nous ne comptons sur personne. La crise nous touche dans la mesure où il ya carence des médicaments

 

 

Akeza.net : Que conseillez-vous aux jeunes vivants avec le VIH sida qui n’adhère dans aucune association?

 

Gentil :Je leur conseillerais de rejoindre les autres, les associations sont éducatives. Il faut éviter l’isolement, c’est mauvais pour la santé, surtout si on est déjà atteint du VIH sida.

 

Akeza.net :Vous croyez avoir accompli des taches telles que le pays vous regretterait si vous  n’étiez pas là ?

 

Gentil : Oui, c’est avec nos associations que les jeunes ont appris à reconnaître, à affirmer leur état de santé sans problème. Ils ont su se créer la place dans la société. Alors qu’avant,  ils s’isolaient. Ils propageaient le VIH sida. Les associations nous ouvrent les yeux et nous éduquent.

 

 

    Propos recueillis par Emelyne NIBOGORA

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.