Rencontre avec Pasteur Bagenzinikindi, patron de GLM

Rencontre avec Pasteur Bagenzinikindi, patron de GLM

 

Pasteur Bagenzinikindi , PDG de GLM Inc. (www.akeza.net)

Pasteur Bagenzinikindi , PDG de GLM Inc. (www.akeza.net)

Depuis les deux dernières années, on assiste à un boom de sites web dédiés à la culture, surtout à la musique. De nombreuses personnes lisent régulièrement les informations, écoutent de la musique, regardent des vidéos sur ces sites web. Parfois, l’on se demande comment ça fonctionne. Pasteur Bagenzinikindi , un burundais résidant en Arizona aux Etats Unis et patron de GLM  (Greatlakesmix.com) a accepté de lever le voile et de nous en apprendre un peu plus sur comment ça fonctionne. Pasteur parle de ses débuts, sa force motrice, ses espoirs et s’étend sur quelques connaissances pratiques. C’est parti…

 

Akeza.net : Qu’est ce qui vous a poussé à investir dans le secteur culturel ?

 

Pasteur Bagenzinikindi : Il existe plusieurs raisons pour lesquelles j’ai investi dans la culture. D’abord en tant que burundais résidant à l’étranger, j’ai senti comme une obligation d’utiliser mes connaissances pour honorer la culture de mon pays via la promotion de notre musique. Tous les autres pays de la région des Grands Lacs avaient des sites web dédiés à leur musique, sauf le notre. Alors, tandis que j’étais encore à la fac, j’ai demandé à des amis et à la famille de m’envoyer les musiques de Africa Nova, Tchanjo Amissi , etc afin que je puisse créer un site web où tous les burundais de la diaspora pouvaient jouir de la musique de chez eux. C’est ainsi que j’ai commencé.

 

Akeza.net : Comment un site web peut –il rapporter de l’argent ?

 

 

Pasteur B : Les sites web rapportent de plusieurs manières. Certains sont finances par des dons, d’autres par la publicité, les ventes ou les commissions. Cela dépend de quel genre de site web il s’agit.

 

 

 Akeza.net : Est ce que le vôtre rapporte déjà ?

 

 

Pasteur B : Je dirai que non parce que le retour sur investissement est encore loin d’égaler les fonds investis chaque mois. Mais je suis confiant qu’une fois la musique aux quatre coins du globe mon site devrait rapporter. Au départ, j’ai essayé de recueillir des fonds à travers les donations mais ce n’était pas consistant. Alors je suis passé au modèle publicitaire. Pour gagner de l’argent via la publicité, il faut parvenir à convaincre les compagnies locales que nous avons des taux d’audience très élevé, ainsi que le font les radios. Mon revenue devrait augmenter avec l’augmentation du taux d’audience sur greatlakesmix.com

 

 

Akeza.net : Est-ce qu’il faut beaucoup d’argent pour maintenir un site web en activité ?

 

 

Pasteur B : Certains sites web demandent beaucoup d’argent, d’autres pas .Par exemple, il existe des sites web gratuits comme les blogs qui sont préconfigurés et ne coutent absolument rien. Toutefois, des sites comme greatlakesmix.com coûtent beaucoup parce qu’ils ont besoin d’un peu plus de programmation.

 

 

Akeza.net : Qu’espérez-vous gagner avec GLM ou Indundi.com ? Considérez-vous que ce soit un business à part entière ?

 

 

Pasteur B : Mon objectif premier est d’aider les artistes burundais à s’en sortir, à réussir. Bien sûr, sortir de la bonne musique ne suffit pas. Un artiste doit savoir comment promouvoir sa musique afin qu’elle puisse atteindre le plus de monde possible. Je rêve qu’un jour de grands artistes burundais pourront avoir une carrière musicale qui leur permette une aisance financière. La musique est bien sur une affaire mais nous avons encore un long chemin à faire avant que ce ne devienne réellement lucratif.

 

Aujourd’hui, GLM, ainsi que indundi.com font partie de la société Bagenzi International Media qui a son siège social aux Etats-Unis d’Amérique.

 

Propos recueillis  par Landry MUGISHA

Comments

comments




2 thoughts on “Rencontre avec Pasteur Bagenzinikindi, patron de GLM

  1. kazeneza inès

    make us proud paz! when you have a caring heart you share it without counting . This is just one among many ways you show your caring heart .

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.