Relance de l’aide alimentaire par le PAM au Burundi

Relance de l’aide alimentaire par le PAM au Burundi

Distribution d’aide au Burundi par le PAM ©DR

Après 2 ans d’interruption, le Programme Alimentaire Mondial a relancé le projet de fourniture d’assistance alimentaire aux personnes vivant avec le VIH/Sida sous traitement antirétroviral, aux enfants et femmes sous protocole PTME (Prévention de la transmission mère-enfants) et aux Orphelins et autres enfants vulnérables (OEV). L’organisation internationale l’a annoncé  dans un communiqué  rendu public  mercredi 2 Août 2017.

Fournie sur toute l’étendue du territoire national, cette assistance entre dans le cadre  d’une convention de collaboration signée entre le PAM et la Croix-Rouge du Burundi, en tant que récipiendaire principal au Burundi du Fonds mondial de lutte contre le VIH/Sida, le paludisme et la tuberculose pour les années 2016 et 2017.

Une enquête organisée et coordonnée par le PAM a été menée en janvier 2017, sur l’état nutritionnel et le profil de vulnérabilité des personnes vivant avec le VIH/Sida sous traitement antirétroviral et des femmes sous protocole PTME et qui a fourni les données de base pour la planification stratégique de l’intervention. Alors que la Croix-Rouge s’occupera d’établir les besoins, la PAM, elle, s’occupera de toutes les taches techniques (Achats, stockage, manutention et livraison des intrants nutritionnels). Les sites de distribution étant les centres de santé, les hôpitaux ou les magasins des organisations de la société civile représentant ces vulnérables.

Le PAM compte ainsi soutenir environ 880.000 personnes vulnérables au Burundi.

Sont comprises dans cette assistance, les personnes affectées par l’insécurité alimentaire, les personnes malnutries par des interventions nutritionnelles, les cantines scolaires, les personnes victimes des chocs climatiques. Cette assistance vise également l’autonomisation des communautés pour la création des actifs productifs et l’amélioration de la production agricole.

Notons que les réfugiés provenant de la RDC et les personnes vulnérables vivant dans des institutions sociales sont également concernés par cette aide.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments