Reggie Michael Thayer NKINDI , à la conquête de la mode à l’échelle internationale

Reggie Michael Thayer NKINDI , à la conquête de la mode à l’échelle internationale
Reggie Michael Thayer NKINDI , à la conquête de la mode à l'échelle internationale (www.akeza.net)

Reggie Michael Thayer NKINDI , à la conquête de la mode à l’échelle internationale (www.akeza.net)

Avec son allure  »vu dans les magazines », sa démarche d’échassier et son regard d’oiseau de nuit, Michael Thayer est l’un des mannequins burundais qui s’élèvent assez haut dans la sphère de la mode internationale. De la lointaine Chine, il attire les regards avisés des crooners du milieu et fait briller son étoile de plus en plus. A force de briller, son éclat a fini par nous attirer. En lisant cet article, vous en conviendrez, l’interview valait la peine. Découvrez un jeune homme sure de lui  sans être arrogant, brillant sans se vanter, grand d’esprit tout en gardant les pieds sur terre. Bienvenue dans son monde !

 

Akeza.net : Bonjour Michael ! Peux-tu te présenter à nos lecteurs ?

 

Michael : Bonjour, je m’appelle Reggie Michael Thayer NKINDI, burundais vivant en Chine depuis 2008, à Pékin depuis fin 2009. Je suis étudiant en Télécommunication (Communication Engineering) et mannequin.

 

Michael : J’ai intégré le mannequinat par l’aide de quelques bookers/agents et aussi par certains de mes amis qui m’ont aide à trouver du travail dans ce domaine. A l’époque Il était plutôt facile de se retrouver dans des shows d’ordre commercial. Et c’était parti !

 

Akeza.net : Peux-tu nous parler un peu de ta carrière ?

 

Michael : Au début les premiers shows étaient relativement pas très grands et d’ordre commercial, mais alors c’est de la que je détiens les premières photos et premiers contacts qui m’ont aidé à obtenir les ‘’jobs’’ qui ont suivis.

Les contacts sont toujours très importants dans ce domaine, j’ai toujours essayé de garder de bonnes relations avec les agents/bookers avec lesquels je travaille, mais encore avec de bons photographes. Cependant il m’a toujours été difficile de combiner cela avec mes études et tout  le reste dans la mesure où des fois le ce travail nécessite des déplacements de longues durées que je ne peux m’autoriser à faire. Cela m’a vite  appris à prendre de grandes décisions et à faire des choix dans ma vie.
Le reste est venu de soi. De grandes occasions se sont présentées et je me suis retrouvé en train de faire de grands shows et des shootings avec de grands photographes, de super cool commerciales puis j’ai atterri au fashion week. Néanmoins, ceci n’est que le début et j’ai beaucoup à accomplir.

 

Akeza.net : Sur le plan international, on ne parle pas tellement de la Chine pour ses réalisations dans le domaine  de  la mode. Comment arrives-tu à te démarquer ?

 

Michael  : Sur le plan international, il est vrai que la Chine en soi n’est pas aussi célèbre dans la mode comme Paris, Milan, Londres, NY, etc. mais disons que Pékin avec Shanghai attirent l’attention d’un grand nombre d’internationaux  depuis quelques années. Les grandes marques, magazines et les grands designers du monde ont leurs shop dans les grandes villes d’ici. La Chine compte alors un certain nombre de  mannequins qui viennent  représenter ces marques qui à la conquête d’un marché international ou étranger.

C’est en travaillant avec ces gens, ces magazines, dans de plus ou moins grands projets et dans ces grandes villes de Chine que je peux (pourrais) me démarquer (j’ai encore du chemin !!!).
Il faut aussi compter avec le fait  que les noirs qui font ce boulot ici ne sont pas si nombreux que ça.

 

Akeza.net : Est-il facile d’évoluer dans un pays qui n’est pas le vôtre ? Quelles difficultés rencontres-tu ?

 

Michael  : En considérant juste la réponse à la question précédente, on dirait que tout serait facile pour moi, mais non, pas du tout facile !

 

 

Les difficultés commencent avec tout le système de travail ici en Chine et la manière de penser des gens, des clients, une difficulté que je qualifie d’ordre culturel, un choc de cultures. Mais ceci est une difficulté que je partage avec mes amis mannequins (certains d’entre eux trouvant certains clients pas professionnels du tout), donc rien de personnel.

 

Cependant quand il s’agit de répondre à la demande de la clientèle, chaque pays ou culture a ses propres préférences en ce qui est de l’apparence des gens et donc des mannequins. C’est encore très difficile quand la couleur de la peau est d’une grande importance. En Chine, le plus la peau est blanche, le plus elle est la meilleure ; d’où les noirs ne sont pas toujours sollicité dans le business. Le marché pour les mannequins noirs n’est pas grand.
Parler la langue chinoise m’est d’une grande utilité.

 

Akeza.net : Quels sont les créateurs avec qui tu aimerais travailler ?

 

Michael : J’aimerais bien travailler pour Christian Dior entreprise, avec son précédent grand créateur John Galliano, pour Prada Entreprise, pour Giorgio Armani, etc.

 

Akeza.net : Avez-vous en tête un fait marquant lors d’un shooting particulier ?

 

Michael  : Les shootings ont toujours quelque chose de marquant parce que c’est toujours une nouvelle expérience et une expérience unique. Il y a des difficultés, des moments de folies, des surprises. Je croie que j’ai gardé quelque chose de marquant de chaque shooting.

 

Akeza.net : As-tu des mannequins fétiche en tête ?

 

Michael : Pas fétiche, mais des mannequins que j’apprécie dans leur travail et qui m’inspirent.
Je citerais Corey Baptiste, Thiago Santos, et un autre dont j’apprécie bien le travail Luis Borges ; Pour les  femmes j’ai toujours en tête Liya Kebede, Coco Rocha et le Mogul et ancienne mannequin Tyra Banks qui m’inspirent par son talent, son grand travail et sa détermination dans toute sa carrière.

 

Akeza.net : Quels seraient tes conseils pour réussir dans ce métier ?

 

Michael  : Avoir Un rêve, un bon plan, une confiance en soi, une grande détermination, l’endurance , une force de caractère avec une bonne personnalité pour ne pas perdre qui on est (de peur de ne plus se reconnaitre peu à peu). Savoir prendre les critiques, qu’elles t’aident à te construire et évoluer, qu’elles ne te détruisent pas. L’humilité est toujours bonne. Avoir aussi de bons contacts avec les gens est indispensable.

 

Akeza.net : Beaucoup de garçons burundais ne semblent pas s’intéresser dans la mode. Un petit message pour eux ?

 

Michael  : La mode est trop cool, qui n’aimerait pas avoir un bon look ou porter quelque chose de beau ou qui le défini le mieux (qui te met à l’aise). On peut bien s’exprimer par la mode, par le style.
Pour moi la mode va de paire avec chanter et danser ou tout autre art…elle est désormais indispensable et c’est à nous de la définir en créant son propre style, en admettant ou en critiquant la mode déjà existante.
Montrons la mode que nous apprécions le plus en se lançant dans la création de celle-ci, dans le stylisme, ou dans le mannequinat, …

 

Akeza.net : En parlant d’avenir, as-tu des projets particulier pour ton pays natal dans ce monde de mode ?

 

Michael : Oui, j’ai des projets pour le Burundi sur lesquels je travaille encore et qui se feront sur place et si Dieu me le permet ce sera pour très bientôt.

 

Akeza.net : Où te vois-tu dans 10 ans ?

 

Michael : Oh ! Dans la mode, je me vois  au niveau international et au service de mon pays natal et du reste du monde dans ce même domaine comme dans beaucoup d’autres domaines.

 

Akeza.net : Qu’est-ce qu’on peut te souhaiter de mieux pour 2013 ?

 

Michael : En général, Vivre les bonnes choses, les bénédictions du Bon Dieu avec Joie, Paix et Amour. Une bonne santé et la réussite dans mes études et mes projets.

En ce qui est de la mode, je dirais aussi la réussite.

 

Akeza.net : Un petit mot pour les lecteurs du site ?

 

Michael : Tout d’abord Meilleurs vœux !!
Je vous remercie chers lecteurs pour avoir lu cet article. Un grand merci pour votre soutien en montrant votre intérêt en ceci, et aussi pour votre patience.

 

Akeza.net : Merci de nous avoir accordé de ton temps !

 

Michael : Tout le plaisir est pour moi. Je vous remercie.

 

Propos recueillis par Leis Bruel Bryga

Reggie Michael Thayer , à la conquête de la mode sur l’échiquier  international (www.akeza.net)

Reggie Michael Thayer , à la conquête de la mode sur l’échiquier international (www.akeza.net)

Reggie Michael Thayer , à la conquête de la mode sur l’échiquier  international (www.akeza.net)

Reggie Michael Thayer , à la conquête de la mode sur l’échiquier international (www.akeza.net)

Reggie Michael Thayer , à la conquête de la mode sur l’échiquier  international (www.akeza.net)

Reggie Michael Thayer , à la conquête de la mode sur l’échiquier international (www.akeza.net)

Reggie Michael Thayer , à la conquête de la mode sur l’échiquier  international (www.akeza.net)

Reggie Michael Thayer , à la conquête de la mode sur l’échiquier international (www.akeza.net)

Reggie Michael Thayer , à la conquête de la mode sur l’échiquier  international (www.akeza.net)

Reggie Michael Thayer , à la conquête de la mode sur l’échiquier international (www.akeza.net)

Reggie Michael Thayer , à la conquête de la mode sur l’échiquier  international (www.akeza.net)

Reggie Michael Thayer , à la conquête de la mode sur l’échiquier international (www.akeza.net)

 

Comments

comments




6 thoughts on “Reggie Michael Thayer NKINDI , à la conquête de la mode à l’échelle internationale

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.