Rally Joe : «Le karaoké, c’est notre gagne-pain.»

Rally Joe : «Le karaoké, c’est notre gagne-pain.»
Rally Joe (www.akeza.net)

Rally Joe (www.akeza.net)

Les chanteurs burundais se plaignent contre la mesure prise par la Mairie de Bujumbura il y a quelques mois, de suspendre les Karaokés. Selon les musiciens interrogés par le journal en ligne Igihe, cette mesure n’est pas favorable. Non seulement Ça déséquilibre leur carrière, mais aussi Ça tarisse leur source de revenue. La musique devrait être mis sur le même rang comme les autres métiers, si on en croit leur propos.

 

 

Certains chanteurs qui s’exhibent dans ces soirée de musique live dit Karaoké, ils affirment que être chanteur est un métier comme tant d’autre. Tous ce qui ils demandent c’ est la liberté d’ exercer aisément leur métier en générale, et particulièrement se produire dans les bistrots dans ces concerts «karaoké.» «Chanter c’est notre gagne-pain» se confiait Rally Joe, au journal Igihe.

 

 

Ils interpellent aussi à l’Etat de les considérer au même titre que les autres citoyens qui honorent le pays. « Si je pars me produire en dehors de frontières burundaise, je deviens comme un ambassadeur de mon pays. Je fais parler de mon pays. On devrait avoir de l’estime, tout comme les joueurs qui vont représenter le pays sont respectés. Ce que je demande au gouvernement, c’est de nous faciliter dans notre quotidien, car nous sommes une jeunesse qui met son talent au service de tout le monde.» Continuait toujours Rallye Joe.

 

 

La mesure d’arrêt momentanée des «Karaoké» a été mise en exécution depuis l’an 2013. La Mairie de Bujumbura accusait les artistes de se produire dans de lieux insonnorisés, ce qui causait le tapage nocturne.

 

 

Lascar BUKERA, stagiaire.

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.