Qui est Caster Semenya  la «bête noire» de Francine Niyonsaba ?

Qui est Caster Semenya  la «bête noire» de Francine Niyonsaba ?

Caster Semenya à la ligne d’arrivée©DR

Depuis son sacre à Portland lors des mondiaux en salle, Francine Niyonsaba se classe actuellement deuxième dans la série de la compétition Diamond League. Qui se  hisse première  devant cette lionne  du Burundi ? Dans  ces lignes, on retrace les grands traits caractérisant le parcours de Caster Semenya, qui détourne Francine Niyonsaba.

Son parcours…

Mokgadi Semenya Caster ( née le 7 Janvier 1991), est une athlète  Sud-africaine Lors des championnats du monde d’athlétisme de Berlin en 2009, elle ne s’est pas contentée de remporter la finale du 800 mètres. La championne a mis ses adversaires à genoux – la Kenyane Janeth Jepkosgei, tenante du titre, a pris la deuxième place à plus de deux secondes -, pulvérisant son record personnel d’une minute et 56,72 secondes, record qu’elle avait établi le 31 juillet dernier lors des championnats du monde juniors, en progressant déjà de huit secondes par rapport à 2008.

Ses résultats impressionnent, à tel point que le doute s’est insinué. Non pas quant à un éventuel dopage, mais plutôt quant à son sexe. Caster Semenya est-elle véritablement une femme? Ou bien un hermaphrodite présentant des attributs féminins et masculins? Voire un homme? Les rumeurs du stade ont contraint la Fédération internationale (IAAF) à soumettre la jeune sportive à des examens. « L’Afrique du Sud est prête à défendre sa championne. « Semenya, notre fille en or », pouvait-on lire dans l’éditorial du quotidien The Sowetan .

Le président de l’athlétisme sud-africain, Leonard Chuene, estime lui qu’en colportant cette rumeur, les médias cherchent à « détruire » la jeune athlète. « Mais ils ne réussiront pas », a-t-il prévenu dans les colonnes de The Sowetan. Et de s’interroger: « Elle a participé aux championnats d’Afrique juniors et à d’autres événements internationaux, cette question n’a jamais été soulevée. Pourquoi maintenant? Est-ce que c’est parce qu’ils ne s’attendaient pas a qu’elle fasse aussi bien pour sa première participation à un championnat senior? »

«C’est ma petite fille»

Le patron du comité olympique sud-africain, Gideon Sam, juge pour sa part que « sa victoire est d’autant plus remarquable qu’elle a dû faire face aux allégations des médias à propos de son sexe ». Sa famille est également montée au créneau. « C’est ma petite fille. Je l’ai élevée et je n’ai jamais douté de son genre. C’est une femme et je peux vous le répéter un million de fois », a déclaré son père, Jacob Semenya, selon des propos rapportés par The Sowetan. « Pour la première fois en Afrique du Sud, nous pouvons être fiers de quelqu’un. Ce n’est pas juste », a-t-il ajouté, demandant à ses détracteurs de « laisser sa fille tranquille ». Dans Times, sa grand-mère, Maphuthi Sekgala, 80 ans, raconte que sa petite-fille a toujours été moquée pour son physique hors du commun. « Ça ne me dérange pas beaucoup, parce que je sais qu’elle est une femme, je l’ai élevée moi-même« , a-t-elle confié au quotidien britannique depuis son village sans eau ni électricité, situé dans le nord du pays. « Elle m’a appelée après les séries et elle m’a dit ‘Ils croient que je suis un homme’. Que puis-je faire si on la traite d’homme, puisqu’elle n’en est pas un? C’est Dieu qui lui a donné cette apparence », a encore raconté la grand-mère de l’athlète Sud-Africaine, championne du monde du 800m à Berlin en 2009.

L’identité sexuelle de la Sud-Africaine, suspectée d’être un hermaphrodite, suscite la polémique après l’ouverture d’une enquête de la Fédération international d’athlétisme. « C’est ma petite fille. Je l’ai élevée et je n’ai jamais douté de sa féminité. C’est une femme et je peux le répéter un million de fois« , avait déjà déclaré son père.

Le 7 Juillet 2010 les doutes sur la double identité sexuelle de Caster Semenya sont levés. La Fédération internationale d’athlétisme a autorisée  l’athlète à courir de nouveau. Soupçonnée un temps d’être un homme, un test de féminité vient prouver le contraire. Résultat: la championne n’est pas un champion, elle peut retourner sur la piste.

Son retour fracassant

Après une longue absence sur la piste, la Sud-africaine  Caster Semenya a fait son retour fracassant lors de la Diamond League  de Rabat au Maroc. Caster Semenya s’est imposé sans problèmes devant Francine Niyonsaba qui venait de remporter la médaille d’or.

La bataille est donc annoncée. Caster Semenya sait que derrière elle il y a une championne qui travaille jour et nuit et désormais Francine Niyonsaba

Armand NISABWE

Comments

comments