Que pensent nos mannequins du monde de la mode et de leur succès?

Que pensent nos mannequins du monde de la mode et de leur succès?

Collage de photos des mannequins 

N’est pas top model qui veut. Il faut se donner les moyens de réussir dans ce milieu où la concurrence est des plus rudes. Dans cette lutte pour la gloire et le succès, elles livrent ce qui pourrait être leur formule de la réussite et leur perception du monde de la mode. 5 top models burundais arrivent à tirer leur épingle du jeu et se frayer leur petit chemin : Leila depuis la Belgique, Nella depuis la Hollande, Ange Nicole depuis l’Ouganda, Ideline depuis l’Afrique du Sud et Nobelle depuis la Suède.

 

1.Leila Ndabirabe,  “la chanceuse”

Leila Ndabirabe pose pour Harper Bazaar UK ©DR

Les heures de dur labeur, d’innombrables sacrifices et l’amour qu’elle a pour ce qu’elle fait, ont fini par payer. Elle a déjà défilé pour les grands noms comme Victoria’s Secret, Tommy Hilfiger, Dolce &Gabbana et d’autres. La chance fait bien les choses ! Leila Nda en est témoin et n’en dit pas moins. « J’ai de la chance, vous savez? » dit-elle. «Ce n’est pas parce que je suis la plus belle. C’est parce que je suis chanceuse, et parfois, quelque chose de bien vous arrive et vous ne savez pas dire pourquoi ».

Lire aussi : Le top model Leila Ndabirabe se raconte : « J’ai de la chance, vous savez »

2.Nella Ngingo, “Madame Zéro cheveux”

Nella Ngingo pour la campagne publicitaire de Ushuaïa Ibiza ©DR

Crâne rasé, lèvres pulpeuses, tatouages couvrant tout le bras droit, regard déterminé, c’est bel et bien notre Nella. Il ne suffit pas de s’asseoir et de sourire à la camera, il faut être capable d’être quelqu’un d’autre. « Il ne s’agit pas seulement de poser pour la camera, de marcher avec élégance, c’est beaucoup plus que cela. Ce sont des heures et des heures de travail, un travail dur sur soi, beaucoup de patience,…c’est créer un personnage, montrer des émotions, être capable d’être complètement quelqu’un d’autre, juste pour le boulot »

Lire aussi : Mode et mannequinat : Ornella Ngingo parle de sa carrière

 

3.Ange Nicole Mahoro, “la jolie ambitieuse”

Ange Nicole Mahoro lors du Kampala Fashion Week 2014 ©Giulio Molfese

Elle a tout compris, les mannequins c’est comme des fleurs, elles fanent. « […] J’essaie de saisir chaque opportunité qui se présente car le temps est limité avec le mannequinat. A un certain âge, tu dois passer à autre chose »

Vivre le moment présent, n’est-ce pas la meilleure des choses à faire? « Seules la persévérance et la passion nous aident à continuer. Mais, on ne peut pas oublier aussi que c’est un domaine extraordinaire dans lequel tu fais des rencontres, des voyages, tu apprends des autres, tu peux aussi te faire des contacts, bref, c’est un domaine intéressant car il y a des gens très créatifs (designers, make-up artists,…)   et surtout il y a de l’énergie et on s’y amuse .» Oui c’est sûr qu’avec les heures qu’on passe dans une salle de gym, il y a de l’énergie.

Lire aussi : Nos mannequins à l’étranger : Ange Nicole Mahoro, en Ouganda

 

4.Ideline Akimana, “la fille aux longues jambes interminables”

Ideline Akimana pose pour le magazine BHF USA/AFRICA © DR

Le monde de la mode, ce qu’il est complexe ! « Il y a beaucoup de problèmes […] Mais je ne les classerai pas dans la case « problème » mais plutôt dans la case « monde de la mode », en l’occurrence, une rude compétition entre les mannequins. Pouvoir rester à la mode et être unique en même temps, c’est un peu compliqué. (Rires) »

Même si c’est stressant, pénible et compliqué, on le fait par amour «[…]  je suis à l’aise. J’aime être sous les feux des projecteurs»

Lire aussi : Nos mannequins à l’étranger : Ideline AKIMANA, en Afrique du Sud

5.Nobelle,“la 3 en 1”

Nobelle Muvyeyi ©Jonny Vadman

Etudiante, mère et mannequin, la jolie Nobelle s’assure de toujours faire bonne impression. C’est même parmi les conseils qu’elle glisse à chaque jeune qui voudrait se lancer dans le monde de la mode « Mon conseil est d’être humble, gentil et positif. Personne ne veut travailler avec une personne ayant une mauvaise attitude. Si tu veux travailler avec eux à nouveau, alors assure-toi de faire une bonne impression ! »

Lire aussi : Nos mannequins à l’étranger : la superbe Nobelle Muvyeyi en Suède

A bon entendeur … !

 

Miranda Akim’

Comments

comments