Que faire pour préserver notre biodiversité ?

Que faire pour préserver notre biodiversité ?

 

Elias Niyongabo,spécialiste en gestion de la nature et biodiversité © Akeza.net

Dans notre article précédent, Elias Niyongabo, le spécialiste en gestion de la nature et biodiversité nous a parlé de comment notre chère biodiversité n’est pas bien protégée .Aujourd’hui, il revient sur ce qu’il faut faire pour la préserver.

Elias Niyongabo dit qu’il faut d’abord comprendre la nature du problème. Selon lui, le Burundi est le deuxième pays le plus densément peuplé en Afrique après le Rwanda. Comme on a une densité élevée de population, cette dernière a besoin de vivre aussi et elle vit de cette biodiversité même. En cherchant à vivre, indique-t-il, c’est là où les pauvres paysans font une pression sur la biodiversité.

Niyongabo définit ce qu’il faut faire à trois niveaux. En première position, vient la part du gouvernement en définissant une politique claire visant la promotion de la biodiversité. A ce niveau, le gouvernement a déjà manifesté sa volonté en définissant le plan stratégique pour la biodiversité 2013-2030.

En deuxième position vient la part des journalistes, les ONGs et les organisations locales. Ceux-ci pour crier et lancer la voix le plus loin possible car souvent la population dégrade notre biodiversité par ignorance. Par exemple, les agriculteurs lorsqu’ils cultivent il y a certaines espèces animales qu’ils détruisent surtout quand ils utilisent de l’engrais chimique. Dès fois, les agriculteurs ne laissent pas certains arbres dans leurs champs soient disant que ces derniers sont mauvais pour leurs champs alors qu’ils sont très utiles pour notre biodiversité.

En dernière position, il revient sur certains interdits culturels qui prévalaient dans le temps mais qui ne sont plus là. Par exemple, quand on disait qu’il était strictement interdit à l’enfant de tuer le crapaud, ce n’était pas parce que sa mère verra ses seins coupés mais c’était juste une façon de protéger ces êtres vivants car très utiles pour l’humanité. Il insiste aussi sur les feux de brousse allumés par les chasseurs. Le parc national de la Ruvubu doit être préservé car ce dernier est très important, tant du point de vue culturel qu’écologique, et abrite des espèces rares d’animaux qu’on ne retrouve nul part ailleurs dans le pays, comme les buffles. La rivière Ruvubu doit également être bien protégée car il y a une présence d’espèces animales très importantes comme les hippopotames, les crocodiles et 14 espèces de poissons.

De toutes les façons, il est important d’instaurer des méthodes culturales qui peuvent être compatibles avec la préservation de la biodiversité.

 

Alexandre NDAYISHIMIYE

bannière

Comments

comments