Que disent la famille et les voisins de Claudine NIMBONA, ancienne taxi-moto devenue «taxiwoman» à Bujumbura?

Que disent la famille et les voisins de Claudine NIMBONA, ancienne taxi-moto devenue «taxiwoman» à Bujumbura?

La “taxiwoman” Claudine NIMBONA pose devant son taxi-voiture avec son mari et ses trois enfants tout près de leur demeure.©akeza.net

Nous vous avons déjà parlé d’elle. Claudine NIMBONA, 33 ans, mariée et mère de trois enfants, deux filles et un garçon. Elle commence le transport des biens et des personnes à l’aide d’une moto de Gatumba vers la frontière burundo-congolaise. Elle exerça ce métier de motard cinq ans durant (2014-2019), avant de devenir « taxiwoman » dans la ville de Bujumbura depuis septembre 2019.

Alors qu’au Burundi le transport des biens et des personnes est à majorité exercé par  les hommes, Claudine NIMUBONA a bien prouvé que ce métier n’est pas du tout réservé aux seuls hommes. Après avoir été motarde à Gatumba, elle est aujourd’hui « taxiwoman » à Bujumbura. «En me voyant faire la navette au parking (en face de l’ONATEL au centre-ville et à la 9ème avenue à Bwiza), différents passagers préfèrent mon taxi-voiture. Tous mes clients, les femmes tout comme les hommes, s’étonnent mais aussi se réjouissent de me voir au volant», s’enthousiasme-t-elle.

Aloys NDIHOKUBWAYO est son mari. Il est planton de la Société Rizicole de Développement de l’Imbo (SRDI en sigle) de Gatumba et travaille de lundi à vendredi. Il affirme qu’avant que sa femme ne commence à transporter les biens et les personnes à l’aide d’une moto, elle l’en a avisé. Aloys l’a encouragée. Il se réjouit : « Ces derniers jours, avoir une épouse capable de faire des activités qui ne sont pas exécutées par tout le monde est un avantage pour la famille mais aussi pour le pays. Ça m’a beaucoup fait plaisir».

Mr NDIHOKUBWAYO est donc très fier du métier de sa femme d’autant plus que ça profite à la famille. “Il faut deux personnes pour construire un foyer”, signale-t-il. Pour ce faire, il faut s’entraider. « Je peux sortir et rentrer bredouille. Mais, quand elle est allée travailler et qu’elle rentre à la maison avec quelque chose, la famille en bénéficie amplement. Tout va à merveille quand on sait que les enfants auront de quoi se mettre sous la dent», indique-t-il.

Chancelline UWIMANA est la fille aînée d’Aloys NDIHOKUBWAYO et Claudine NIMBONA. Elle est élève en 7ème année à l’Ecole Fondamentale de Gatumba. Elle raconte : “Lorsque ma mère est devenue conductrice de taxi-moto, la vie s’est améliorée en famille. C’est encore mieux depuis qu’elle est devenue « taxiwoman ». Elle nous a apporté un robinet d’eau à la maison et nous a acheté une télévision. Notre vie s’est bien améliorée».

 

Pour Vénuste NIYONGABO, un voisin et agentde sécurité (KK Security), Claudine NIMBONA est une bonne personne et surtout une personne courageuse. “Au début, pas mal de gens s’étonnaient de la voir transporter les biens et les personnes sur une moto. Aujourd’hui qu’elle conduit un taxi-voiture, il y a ceux qui disent que cette dame est une bonne référence pour les autres. Très peu de femmes font ce qu’elle fait».

Monsieur NIYONGABO ajoute : « Les voisins sont fiers de Mme Claudine. Quand sa famille gagne quelque chose, nous en bénéficions aussi. A titre d’exemple, aujourd’hui nos enfants puisent de l’eau chez elle parce qu’elle a un robinet d’eau à la maison. De même, comme elle a acheté une télévision, nos enfants vont souvent regarder la télévision chez elle sans soucis»

Notons par ailleurs que jusque là, Madame Claudine NIMBONA n’a pas encore trouvé une personne  qui veuille bien lui confier son taxi-voiture pour une longue durée. Quand nous étions chez elle (à Gatumba), elle avait un taxi rien que pour une journée. En attendant de trouver un taxi rien que pour elle, Mme Claudine garde le sourire et une confiance absolue dans sa bonne étoile.

 

Melchisédeck BOSHIRWA

Comments

comments