Quand les enfants en situation de handicap de l’Institut Saint Kizito régalent le public

Quand les enfants en situation de handicap de l’Institut Saint Kizito régalent le public

Sous le thème « Institut Saint Kizito, engagé vers une société inclusive et résiliente pour tous », l’Institut Saint Kizito de Bujumbura (centre pour enfants handicapés physiques) célébrait vendredi dernier (le 6 décembre au terrain dit du Parquet) la journée internationale des personnes handicapées. Une célébration qui a été rythmée par des activités riches en couleurs en l’honneur de cette journée solennisée le 3 décembre de chaque année. Il y avait du talent ces enfants en situation de handicap lors cette journée dite sportive.

Au programme des festivités, des danses, des sketchs, des récitations (poèmes), du tambour, des jeux (sitting-volleyball et tennis de table), etc. Quoi de plus pour un petit tour dans le quotidien des enfants en situation de handicap de l’IST ? Et nous avons bien vu du talent chez ces petits qui manient bien le français et l’anglais dans leurs récitations ou encore ceux qui battaient du tambour (sourire aux lèvres) avec tant de fierté. Ils auront prouvé ce dont ils sont capables au public venu assister à leurs performances.

Se donnant comme leitmotiv « Ensemble pour la promotion de la personne handicapée », l’IST a organisé cette journée dite sportive en vue de se joindre au monde entier à l’honneur de la journée internationale des personnes handicapées. « Comme la journée du 3 décembre a été célébrée à l’intérieur du pays à Gitega, on ne pouvait pas faire monter les 200 élèves que nous avons. C’est pourquoi nous avons ménagé un autre jour afin de donner l’occasion à ces enfants en situation de handicap et au personnel de l’institut de célébrer, eux aussi, cette journée. De plus, c’est une occasion de les informer sur leurs droits tout en montrant au public extérieur que les enfants en situation de handicap peuvent faire mieux », nous explique Sœur Anne Marie Mushiranzigo, Directrice de l’IST.

Pour un monde non discriminatoire

Du côté des autorités présentes, c’est un sentiment d’allégresse d’assister aux exhibitions de ces enfants en situation de handicap. C’est le cas de Jean Jacques Nyenimigabo, ancien ministre des sports et de la culture qui salue le pas positif franchi par l’IST dans l’organisation de cette riche activité. « C’était beau de regarder ces enfants en train de danser, de chanter, de rigoler. Ils se sont amusés à travers de belles manifestations pour montrer que même s’ils ont un handicap physique, ils ne sont pas mentalement affectés. Ils doivent être soutenus parce qu’ils sont comme tous les autres ».

Dans son intervention, Eugène Nsabayezu, président du Comité National Paralympique a pris le soin de communiquer aux enfants toutes les règlementations régissant les personnes en situation de handicap. Il se réjouit de la politique nationale des droits des personnes handicapées et son plan d’action instaurée récemment (le 19/6/2019). Avec 100 associations des personnes en situation de handicap et 18 centres d’accueil à travers le pays, M. Eugène ne doute pas de nettes avancées.

Ce bon moment de convivialité aura émerveillé Angélique Mukeshimana. Cette élève de la 5ème année à l’IST ne tarit pas d’éloges en parlant des festivités du jour. « Quand j’étais en train de regarder mes camarades prester, j’ai pris du courage, moi, qui me considérais déjà comme incapable à cause de mon handicap. Je peux aussi ».

Selon Sœur Anne Marie, l’IST ne ménagera aucun effort en vue de renforcer ses capacités d’accueil (qui sont très limitées en raison des défis financiers). Après avoir constaté le rejet des personnes handicapées soit en famille ou dans la société, elle indique que l’IST prévoit d’accompagner ses lauréats pour une bonne réinsertion dans leurs communautés. Partant de là, elle lance un appel aux bienfaiteurs pour qu’ils puissent aider le centre à relever ces défis.

Fleurette HABONIMANA

Comments

comments