Primusic 2019 : « Je tiens à remercier la Brarudi pour ces 3 mois passés dans cette compétition mais… »

Primusic 2019 : « Je tiens à remercier la Brarudi pour ces 3 mois passés dans cette compétition mais… »

Si la compétition dans l’ensemble semble avoir donné satisfaction au public burundais, cela est loin d’être le cas pour Big Fizzo qui en garde un goût plutôt amer. Alors qu’il descendait de scène lors de la grande finale qui a eu lieu ce dimanche 28 juillet, la star burundaise a livré son ressenti à nos collègues de Buja FM.

 

Contrairement aux éditions précédentes, la Primusic avait choisi 2 ambassadeurs pour son grand retour en 2019. Le choix avait été porté sur 2 grandes stars burundaises, à savoir Big Fizzo et Sat-B. Durant les 3 mois que qu’ont durés la compétition, les 2 artistes ont sillonnés le Burundi, livrant des concerts toutes les semaines pour le grand plaisir du public burundais.

Si les choses semblaient bien se passer, la fin de la campagne ne s’est pas très bien déroulée selon les dires de Big Fizzo qui par ailleurs a pris le soin de manifester son mécontentement lors de sa prestation lors de la finale. « Je tiens à remercier la Brarudi pour ces 3 mois passés dans cette compétition. Mais le plus triste, c’est qu’ils ne nous ont pas bien traité à la fin », dit-il à son public à la fin de sa prestation. On est obligé de se demander pourquoi un tel message. Que s’est-il passé ?

Répondant à cette question, l’artiste s’explique : « Pendant 3 mois, nous avons bien travaillé ensemble. Nous avons fait tout ce qu’ils attendaient de nous. Mais aux dernières minutes ils ont changé d’attitude. Ils ne m’ont pas traité avec respect. Dans ce sens, je ne veux pas dire que Sat-B n’est pas un bon artiste. C’est même un très bon artiste qui travaille fort et a des chansons que j’aime. Seulement, selon ce qui était convenu, je devais passer en dernier juste avant Diamond et ils l’ont changé à la dernière minute. Ce n’est pas respectueux. Il faut savoir respecter un artiste à l’égard de son parcours. Je ne pense pas pouvoir chanter après Kidum lors d’un concert. Peu importe le succès que je peux avoir, je lui donne le respect dû à son rang »

Au-delà de ce « non-respect » de l’engagement pris en son égard, Big Fizzo soulève un autre point.En effet, alors que le tanzanien était l’invité spécial de cette finale, ce dernier aurait reçu un cachet largement plus élevé que celui de ses 2 homologues burundais. Une situation décriée par Fizzo qui aurait souhaité que tous les artistes soient logés à la même enseigne. « Lorsque vous dites que tous les artistes se valent, pourquoi payer les uns plus que les autres ? Si nous nous valons tous autant être payés de la même manière », dit Big Fizzo.

Big Fizzo assure que les prochaines collaborations avec les entreprises burundaises devront garantir le respect de l’artiste et de sa carrière. « La prochaine fois qu’ils voudront travailler avec moi, il faudra qu’ils garantissent le respect de ce que je suis. Parce nous avons beaucoup fait pour ce pays et nous méritons ce respect ».

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments