Pour fêter son anniversaire, l’homme d’affaires Sultan Suleyman visite un orphelinat

Pour fêter son anniversaire,  l’homme d’affaires Sultan Suleyman visite un orphelinat

Pour fêter son anniversaire, l’homme d’affaires Sultan Suleyman visite un orphelinat ©Akeza.net
Pour célébrer son anniversaire,l’homme d’affaires Sultan Suleyman a rendu visite à un orphelinat “AVOVU” (Association des Vieux Orphelins et Veuves pour l’Unité) du quartier de Kinama qui rassemble en son sein 71 orphelins. Des enfants qui sont élevés par une veuve depuis plus de 20 ans. Un geste que les orphelins ont fort apprécié.

L’orphelinat qui a ouvert ses portes officiellement en 1998, a connu ses hauts et ses bas. Mariam Ndayisenga, la fondatrice de l’orphelinat, héberge 71 enfants âgés entre 2 et 22 ans :“ J’ai commencé à accueillir des orphelins en 1978. Mais j’ai officiellement fondé l’orphelinat en 1998 quand je suis devenue veuve avec 6 enfants à ma charge. Maintenant j’en ai 71. Il y en a qui se sont mariés et qui m’aident à élever ces enfants.”

Pour fêter son anniversaire, l’homme d’affaires Sultan Suleyman visite un orphelinat ©Akeza.net

Etre auprès des enfants, les voir rire et être heureux ne fut ce que quelques instants. Une belle façon de célébrer un anniversaire « Etant moi-même un orphelin dès mon plus jeune âge, j’ai trouvé que ce serait un bon moyen de partager ce que j’ai avec ces enfants. On leur a apporté des sacs de riz, de haricots, des tomates en boites et des vêtements pour petits et grands » déclare Sultan.

Lire aussi : Musique : Entretien avec Sultan SS, producteur des concerts de Fally Ipupa à Bujumbura

Mariam Ndayisenga, fondatrice de l’orphelinat AVOVU et Sultan Suleyman ©Akeza.net

L’orphelinat, qui à première vue manque de moyens financiers, a accueilli aujourd’hui des dons de Sultan Suleyman, directeur de SS Enterprise. Mariam Ndayisenga, émue par le geste, n’en revenait pas de la surprise « Nourrir 71 enfants c’est une tâche difficile.  Mais le bon Dieu m’aide à travers des gens comme Sultan à garder les ventres de ces enfants pleins ”

Miranda Akim’

 

 

Comments

comments