Poésie/Slam : Serge le Griot, sort bientôt son premier album

Poésie/Slam : Serge le Griot, sort bientôt son premier album

Serge le Griot, de son vrai nom Ngoy Lusungu Serge ©DR

Serge le Griot, de son vrai nom Ngoy Lusungu Serge, est un slameur congolais amoureux de la poésie. Aujourd’hui évoluant au sein du collectif burundais de slam  « Jewe Slam », Serge le Griot offre aux amateurs de poésie son tout premier album slam intitulé « GRIOT ». Un fruit composé de 6 textes en audio mêlant slam et musique et traitant des sujets variés comme l’amour, la paix, la réconciliation, l’art, la différence sociale, les valeurs africaines, l’identité, etc…

Né en 1995 en République Démocratique du Congo, Serge prend goût à la littérature et est passionné dès le bas âge. « Depuis tout petit, j’étais passionné par la littérature et la poésie en général » raconte-t-il. Comme de nombreux slameurs, Serge le Griot a emprunté le chemin des anciens pour mieux embrasser la carrière artistique. « Il a fallu que j’écoute Grand Corps Malade pour que je me lance dans le slam », a-t-il confié.

Lire aussi : Tanguy BITARIHO sort bientôt le roman poétique : « Les Contoirs de l’Être-Ange Robert »

Serge le Griot compte à son actif une quarantaine de textes slams qui n’ont pas encore foulé la scène ni le studio. Il a décidé de sortir ses textes du tiroir pour partager ses pensées et idées aux amoureux de la poésie. Un album de 6 titres est sorti. Vous pouvez écouter cet album en cliquant ici .

Lire aussi : Institut Français du Burundi : Novembre et Décembre, des mois riches en évènements

Pour cet étudiant en Génie Civil à l’Université Lumière de Bujumbura, le slam est un moyen d’expression au-delà de l’écoute. «  Il est temps de comprendre que tout passe par la communication et quoi de mieux que le slam et l’art en général ». Il a expliqué pourquoi  avoir intitulé son album « Griot » : « Pour moi le Griot est le ciment qui permet la liaison des composants parce que le mur de mes slams est construit sur la fondation de l’Afrique ».

 

Fleurette HABONIMANA

Comments

comments