Plusieurs universités sommées de fermer leurs programmes de Master au Burundi

Plusieurs universités sommées de fermer leurs programmes de Master au Burundi
Image d'illustration : Université Polytechnique de Gitega © Akeza.net

Image d’illustration : Université Polytechnique de Gitega © Akeza.net

Dans son ordonnance ministérielle numéro 610/284 du 12 Mars 2018 portant sur l’ouverture des masters au Burundi, le ministère de l’éducation, de l’enseignement supérieur et  de la recherche scientifique précise les disciplines et les universités qui peuvent ouvrir des programmes de niveau mastère au Burundi. Pour l’instant seules l’Université du Burundi, l’Université de Ngozi, Bujumbura International University, l’Ecole Normale Supérieure (ENS)  et l’Institut Supérieur de Gestion des Entreprises (ISGE)  ont le droit d’ouvrir des masters dans des domaines spécifiés par l’ordonnance.  Les autres universités sont priées d’accompagner jusqu’à la fin des cursus  les étudiants déjà inscrits et de fermer leurs programmes.

 

L’ordonnance précise  que l’ouverture des programmes de masters doit être guidée  par   le souci de répondre aux  besoins prioritaires  du pays. L’article 3 de l’ordonnance stipule que les masters autorisés à ouvrir leurs portes sont : master en médecine (médecine interne, chirurgie général, gynécologie et obstétrique, pédiatrie, anesthésie et réanimation, radiographie et imagerie médicale, ORL, biologie clinique) à l’Université du Burundi.  Toujours sur la même université, les masters en mathématiques ou en sciences sociales et anthropologiques sont disponibles. Le master en didactiques des sciences et des langues sera mis  sur pied en collaboration avec l’ENS. Les deux institutions pourront également offrir des formations masters en  chimie, biologie, physique et français.

 

L’université de Ngozi  pourra ouvrir un master en agronomie avec comme spécialité développement rural et  agrobusiness. Concernant les mastères en économie, Bujumbura International  University a eu l’autorisation d’ouvrir les programmes de masters en finance et intégration régionale avec comme filière finance de marché  et politique monétaire, intégration, commerce et investissements internationaux. L’ISGE dispose aussi d’un master en douane, fiscalité et expertise comptable.

 

L’ordonnance encourage la fédération des universités pour offrir des programmes de qualité. L’article 7 précise qu’aucune Institution  d’enseignement supérieur n’est autorisée à recruter de nouveaux lauréats en d’autres types de masters.  Ainsi, cette ordonnance implique la fermeture de plusieurs programmes de masters dans différentes universités surtout privés.

 

 

 

Elvis NDAYIKEZA

 

Comments

comments