Photographie : Les nouveaux visages de la photographie burundaise

Photographie : Les nouveaux visages de la photographie burundaise

[Dossier] Le monde de la photographie semble bien se porter au Burundi. En une dizaine d’années, le nombre de photographes s’est multiplié et avec lui une nouvelle génération de photographes prêts à prendre la relève des aînés. Ceux-là qui ont portés le mouvement et ouvert la voie aux plus jeunes. Dans ce dossier, nous mettons en évidence ces jeunes photographes qui sont aujourd’hui le nouveau visage de la photographie. Cinq jeunes photographes parmi les plus en vue et qui pourraient représenter la relève pour les années à venir.

Hervé Cishahayo, Pharman, Gwaga ou encore Gildas Ngingo, voici les noms que nous avons longtemps entendu dans l’univers de l’image figée au Burundi. Des personnes, qui au fil des ans, ont réussi à changer l’image de la photographie au Burundi. Leur travail a permis de voir une nouvelle génération de photographes toute aussi motivée que leurs aînés. Des jeunes passionnés qui, malgré toutes les difficultés qu’ils peuvent rencontrer, réussissent à rendre plus belle l’image de la photographie burundaise. Pas que nous soyons élitiste dans notre travail, puisqu’ils sont nombreux à faire du bon travail dans cette nouvelle génération, nous ne citerons que les jeunes photographes les plus en vue de ce moment.

Lire aussi : Mon métier: Jimmy Nzisabira, l’œil de la photographie

Comme dans tout métier à caractère artistique, tout photographe a son style, sa touche, sa marque de fabrique. Une particularité qui le rend unique et permet de le différencier des autres. Cela va de la composition au choix des teintes en passant par le type de photos (photo en studio, portrait ou évènement).

Vue d‘ensemble

A défaut de décrypter dans les moindres détails le travail de chaque photographe de cette nouvelle génération, nous nous contenterons d’avoir une vue d’ensemble sur les qualités et les points forts de chacun de ces jeunes. D’emblée, il faut noter que la nouvelle génération fait un effort de maitriser plusieurs disciplines dans l’immense univers de la photographie. Difficile de se caser dans une seule catégorie dans un pays où la photographie n’est pas très évoluée.

De cette nouvelle génération, nous avons les spécialistes de la photo d’évènements (mariage, concert, conférence, festival, etc.). C’est notamment le cas de Tchandru plus connu sous le pseudonyme d’Umwirabure Photography, de même que Bruno Bula alias Bruno Photography qui affichent un nombre considérable de cérémonies de mariage et autre évènement à leur actif. Des photos que l’on retrouve régulièrement sur leurs comptes Instagram. Sur la même lignée que leur ainés, ces 2 jeunes photographes (à l’image de plusieurs autres) réussissent à figer dans le temps les moments les plus marquants lors d’un évènement. Chacun dans un style propre à lui.

A côté d’eux se trouvent Divin Photography et Raoul  Brawel. Ce dernier se distingue par son goût pour les photos à faible lumière pour un résultat souvent apprécié.

Il y a également les spécialistes de la photo artistique et de la couleur. Et puisqu’on en parle, difficile de ne pas citer Holyziner (Akeza.net) qui s’impose en leader de cette discipline ou encore Adil (Hashtag Photography) qui fait son bonhomme de chemin et trouve sa marque. Quoi qu’ils soient tout aussi bon en évènements, ces 2 jeunes photographes se démarquent par leur capacité de sublimer l’artistique sur une photo. Travaillant très souvent avec des modèles, Holyziner sait faire des merveilles, en studio comme en extérieur. Et Adil semble bien lui emboiter le pas sur ce chemin.

Dans les articles prochains; nous entrerons en profondeur dans l’univers de chacun de ces jeunes photographes. Une façon de mieux connaitre ceux qui représentent l’avenir de la profession au Burundi. Notons que loin d’être les seuls, plusieurs jeunes photographes émergent et tentent de suivre les pas de ceux qui les ont précédés dans la profession. Une bonne nouvelle pour la profession qui devrait être sûr d’avoir de beaux jours devant elle.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments