Pharman Nigere : ‘’un appareil photo ne fait pas de vous un photographe’’

Pharman Nigere  en action(www.akeza.net).:

Pharman Nigere en action(www.akeza.net).:

 

Bien que relativement récent dans la photo, Pharman NIGERE enregistre une bonne cote. Sa passion pour la photographie fait de lui l’un des espoirs de ce domaine qui prend une dimension tout autre dans notre pays depuis quelques années. Nous l’avons rencontré.

 

 

Akeza.net : Comment as-tu commencé avec la photo?

 

Pharman : Eh bien, je dirais que j’ai toujours été passionné par la photo bien que je ne pensais pas en faire une carrière. Ce n’est que l’année dernière que je me suis laissé tenter. Hervé Cishahayo m’a fait découvrir ce talent que j’avais enfui en moi. Il m’a appris un peu de tout, la théorie comme la pratique. Travailler avec quelqu’un qui qui connait le terrain m’a permis d’apprendre beaucoup et vite.

 
Akeza.net : Qu’est ce qui te passionne dans le fait de prendre une photo ?
 

Pharman : Ce qui me passionne, c’est cette sensation d’avoir créé une histoire qui commence avec l’image et d’en être l’auteur, …ce lien… quand l’image est réussi, c’est comme si vous aviez fait tout ce qu’il y avait à faire… (Rires)
 

Akeza.net : Quelles sont les réalisations de Pha Photography ?

 

Pharman : Disons que pour la première année je suis allé bien au-delà de mes attentes. J’ai participé dans pas mal d’évènements importants de 2014 comme le Buja Gospel Fest, la conférence de Myles Munroe au Burundi et tant d’autres conférences, mariages, concerts… bref je dirais que 2014 a était bonne.
 

Akeza.net : Quelles sont les projets pour cette année ?

 

Pharman : Rien ne m’empêche de croire que cette année sera bien meilleure que 2014. Je compte travailler fort pour voir Pha Photography se faire une place dans la photographie burundaise, pourquoi pas plus loin ? Je sais que c’est possible et je compte m’investir à fond et travailler dur pour ça. J’ai aussi quelques idées de projets que je pense bien voir réalisés avant la fin de l’année.
 

Akeza.net : Quelle est ton rêve avec la photographie ?

 

Pharman : J’aimerais bien voir la photographie sous une autre forme au Burundi qui se trouve être un pays où beaucoup de gens ne savent toujours pas faire la différence entre la qualité d’image. J’aimerais bien voir une bonne photo se distinguer d’une mauvaise.
 

Akeza.net : Quelle est ta critique de la photo au Burundi ?

 

Pharman : Je dirais qu’au Burundi le problème majeur avec la photographie c’est que les photographes ne prennent pas le temps d’étudier. Le fait d’avoir acheté un appareil photo ne fait pas de vous un photographe. Il faut d’abord savoir qu’il y a un langage à apprendre et des heures de recherche et d’études pour pouvoir être qualifié de photographe.

 
Akeza.net : Quels sont les photographes qui t’inspirent ?
 

Pharman : Je m’inspire beaucoup de Michael Adams et de David Chilambwe. Je me suis beaucoup inspiré aussi du travail de nos chers photographes : Hervé, Guy Basabose, Ngingo Gildas, Arnaud Gwaga et Chris Schwagga.
 

Propos recueillis par Landry Mugisha

 

 

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.