Ornella Gahimbare, 2ème dauphine 2016, se présente au concours de beauté Miss NAIADES au Bénin

Ornella Gahimbare, 2ème dauphine 2016, se présente au concours de beauté Miss NAIADES au Bénin

Ornella Gahimbare, 2ème dauphine à l’élection Miss Burundi 2016

Ornella Gahimbare, 2ème dauphine à l’élection Miss Burundi 2016 tente sa chance de devenir Miss avec le concours panafricain Miss NAIADES, au Bénin. Que ne ferait-on pas pour devenir Miss? Miss NAIADES est un concours panafricain qui donne la chance aux dauphines issues des élections Miss organisées dans les différents pays africains. Notre charmante deuxième dauphine va croiser le fer avec des dauphines venues de plus de 20 pays africains dont le Rwanda, le Togo, le Ghana et bien d’autres. Elle va devoir tout miser cette fois, vu qu’elle représente le Burundi, pays qui va participer pour la première à cette rude compétition de ce samedi le 20 novembre.

Depuis l’an 2000, Eustache MEKINDA, promoteur du concept, et son équipe d’organisation mettent sur une même scène les premières dauphines et se chargent de tous les frais pour chacune d’elles.

Si cette compétition rassemble les 1ères dauphines, il y a lieu de se demander pourquoi notre chère Monna Walda Kaneza, 1ère dauphine, leur faussera compagnie. En effet, ses études lui font fourgon. Mais on compte sur Ornella pour bien représenter sa patrie.

Le mot NAIADE signifie « jeune femme belle ». L’idée de l’organisation de ce concours est partie d’un constat simple. Les critères de choix aux élections Miss sont complexes et les dauphines sont souvent négligées. Il est donc de bon ton d’offrir une seconde chance à ces jeunes, belles et courageuses candidates qui souhaitent autant que la miss élue de contribuer au développement culturel, économique et social de leur pays.

Ange Bernice INGABIRE, Miss Burundi 2016-2017 encourage sa 2ème dauphine » Rends-nous fiers, nous sommes tous avec toi ».

« C’est la première fois que le Burundi y participe donc qu’elle donne le meilleur d’elle-même pour monter à l’Afrique de quoi les Burundaises sont capables, que nous pouvons aussi représenter valablement notre pays » ajoute-t-elle.

Souhaitons bonne chance à Ornella Gahimbare !

 

Miranda Akim’

Comments

comments