OBR : 152,9 milliards de Fbu collectés entre avril et juin 2016

OBR : 152,9 milliards de Fbu collectés entre avril et juin 2016

L’équipe OBR présentait un rapport trimestriel (janvier-juin)©Akeza.net

L’Office Burundais des Recettes a animé un café de presse  ce jeudi 07 juillet 2016 à ROCA GOLF HOTEL. C’était dans le but de présenter un rapport trimestriel (avril-juin 2016).Le Commissaire de l’OBR indique que les recettes collectées au cours de ce deuxième trimestriel (avril-juin 2016)  dépassent le montant attendu. Les recettes collectées s’élèvent à 152,9 milliards de FBU contre 143,9FBU des objectifs.

 

Leonard Sentore

Le Commissaire de l’OBR M.Léonard Sentore©Akeza.net

Dans ce mot liminaire, le commissaire de l’OBR M. Léonard Sentore a dit que les recettes collectées par l’OBR au cours de ce deuxième trimestre ont augmenté de 6,3%. «Dans ce deuxième trimestre, les recettes collectées sont de 152,9 milliards de FBU contre 143,9 milliards de FBU attendus. Les réalisations sont donc supérieurs de 9,03 milliards de FBU aux prévisions, soit une augmentation de 6,3%.De plus, les recettes trimestrielles dépassent celles collectées en 2015 pour la mêmepériode de 31,3 milliards de FBU soit une augmentation de 25,7%»,précise-t-il.

Le  Commissaire de l’OBR ajoute que la motivation interne du personnel de l’OBR, les ateliers de sensibilisations pour ramener les opérateurs économiques du secteur informel au formel ainsi que  l’objectif de lutter contre la fraude que l’OBR s’est fixé ont fait que les recettes collectées par l’OBR augmentent.

 

Emmanuel Ndayiziga

Emmanuel Ndayiziga,le chargé des enquêtes au sein de l’OBR©Akeza.net

Emmanuel Ndayiziga,le chargé des enquêtes au sein de l’OBR complète le Commissaire en disant que ce gros montant collecté au cours de ce deuxième trimestre est dû également aux punitions infligées aux fraudeurs  attrapés par l’OBR et qui ont finalement payé de l’amende à l’OBR.

 

Des devises devenus monnaie rare

 

Quant à la question des devises qui sont devenus très rares en ces derniers jours et qui sont vendus à  un taux exorbitant sur les marchés parallèles, Christian Kwizera qui a représenté le ministère des finances dit qu’en considérant l’Economie burundaise, il ne faut jamais se référer sur le taux de change parallèle pour parler de la carence des devises ; plutôt il faut considérer le taux officiel.

On est conscient, affirme-t-il, de cette problématique. Une équipe chargée d’étudier la question a été mise en place.

Christian Kwizera

Christian Kwizera©Akeza.net

Signalons que par rapport aux recettes correspondantes de l’année 2015(288,3 milliards de Fbu), une augmentation de 14,45 milliards de Fbu(janvier-juin),soit un accroissement de 5% a été enregistré.

 

Alexandre NDAYISHIMIYE

Comments

comments