Nos mannequins à l’étranger : Michael Thayer NKINDI, en Chine

Nos mannequins à l’étranger : Michael Thayer NKINDI, en Chine

Michael Thayer NKINDI, mannequin burundais évoluant en Chine /Collage ©Akeza.net

 Akeza.net s’intéresse aux mannequins burundais évoluant à l’étranger. Le monde de la mode est un petit cercle fermé, difficilement accessible aux mannequins noirs, encore plus s’ils viennent directement d’Afrique. Néanmoins, quelques burundais arrivent à se faire du chemin jusqu’aux marches des podiums les plus prisés.

Aujourd’hui, nous avons rencontré R. Michael Thayer NKINDI. Son histoire avec la mode a pris forme en…Chine !

 

Akeza.net : Quand as-tu commencé le mannequinat ?

 

 Michael T. NKINDI : Tout a commencé quand je suis allé faire mes études universitaires en Chine en 2009. J’ai débuté avec quelques jobs (y compris le mannequinat) mais il n’y avait encore rien de sérieux jusqu’en 2010.

 

Akeza.net : Quel objectif avais-tu en tête lorsque tu t’es lancé dans ce domaine ?

 

 Michael T. NKINDI: Au début, je n’avais vraiment pas de but précis à part que j’aimais le fait que j’étais productif et je faisais quelque chose qui m’amusait pas mal. Mais par après, j’ai développé une passion.

 

 Akeza.net : Quels sont les problèmes que tu encoures dans le mannequinat?

 

Michael T. NKINDI: Des problèmes, il y en a. Le problème majeur est le fait que je sois noir. Et en Chine, ils ne sont pas encore habitués aux mannequins noirs. De plus, ma couleur de peau et mes cheveux, des fois, causent beaucoup de difficultés aux maquilleurs, soit le maquillage ne va pas avec mon teint soit ils ne savent pas trop comment s’occuper de mes cheveux. Alors, je me vois obligé de les diriger dans leur propre travail.

 

Akeza.net : Voudrais-tu en faire une carrière ?

 

Michael T. NKINDI: En faire une carrière, pourquoi pas ? Je crois que j’essaie à présent de le faire et de trouver la bonne voie en cela. Cependant, ce n’est pas du tout facile parce qu’il faut considérer beaucoup de choses, savoir les jongler, disons aussi que je travaille sur d’autres projets couramment et ça me demande quand même un peu de concentration.

 

Akeza.net : Quel conseil donnerais-tu aux jeunes burundais qui ont la même passion que toi ?

 

Michael T. NKINDI: J’aimerais d’abord encourager ceux avec qui je partage la passion de mannequinat. Ceci est quelque chose que j’aime généralement faire ; encourager les gens qui ont une vision, un talent, un rêve,… Surtout aux jeunes  qui se sentent découragés, continuez à essayer. Et spécialement pour le mannequinat, il y a beaucoup à apprendre, plus que les gens ne le disent, on aura toujours besoin d’un coup de main, de conseils,…Et personnellement, je veux être là pour soutenir tous ceux qui le veulent.

 

Akeza.net : Quels sont les grands défilés auxquels tu as déjà participés ?

 

 Michael T. NKINDI: Parmi les plus mémorables, je citerais Hush Puppies, Pierre Cardin, BoyzNewYork, les défilés de China  Fashion Week (les designers les plus reconnus y sont) et Kappa.

 

Propos recueillis par Miranda AKIM’

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.