Nos mannequins à l’étranger : la superbe Nobelle Muvyeyi en Suède

Nos mannequins à l’étranger : la superbe Nobelle Muvyeyi en Suède

La superbe Nobelle Muvyeyi , mannequin en Suède : d’un coté au podium , de l’autre elle pose

Akeza.net s’intéresse aux mannequins burundais évoluant à l’étranger. Le monde de la mode est un petit cercle fermé, difficilement accessible aux mannequins noirs, encore plus s’ils viennent directement d’Afrique. Néanmoins, quelques burundais arrivent à se faire du chemin jusqu’aux marches des podiums les plus prisés.

 

 

Aujourd’hui, on rencontre une femme ambitieuse du nom de Nobelle Muvyeyi qui mène à la fois la vie d’étudiante, de mère et de mannequin. Voici son histoire…

 

 

Akeza.net: Quand est-ce que ta passion pour le mannequinat s’est déclenchée?

 

Nobelle : J’ai commencé le mannequinat en 2012, c’était juste après mon déménagement à Stockholm que j’ai décidé de tenter ma chance. J’ai vu qu’il y avait un casting de mannequins pour la Fashion Week de Stockholm, je suis allé au casting et j’ai été prise. Voilà comment tout a commencé.

 

Akeza.net: Voudrais-tu en faire une carrière ?

 

Nobelle:   J’aurais dit OUI si tu m’avais posé la question deux ans auparavant. Aujourd’hui,  j’ai d’autres priorités, je suis mère maintenant. Je ne peux  voyager si souvent et être loin de ma famille pendant si longtemps, donc je ne ferais pas du mannequinat ma carrière.

 

Akeza.net: Comment arrives-tu à jongler le mannequinat, les études et ton ménage ?

 

Nobelle: Comment je gère les trois choses ? eh bien, c’est certainement difficile. Mais je suis chanceuse d’avoir un bon partenaire qui me soutient. C’est lui qui s’occupe de notre fils quand je ne suis pas là.

 

 Erick Elvgren (le père) and Ian Elvgren (le fils)

Erick Elvgren (le compagnon de Nobelle) and Ian Elvgren (leur fils)

 

Akeza.net: Quels sont les grands défilés auxquels tu as déjà participés ?

 

Nobelle: Ce serait probablement le défilé pour L’Oréal Paris, j’ai aussi défilé pour un designer britannique de renom qui s’appelle Stephen Arthur.

 

Akeza.net: Qu’est-ce qui est le  plus dur dans votre domaine ?

 

Nobelle: Je pense que la chose la plus difficile pour un mannequin noir est de vraiment réussir dans cette industrie et pouvoir marquer les esprits. Parce que la plupart du temps, ils sont à la recherche d’un look scandinave (yeux bleus et cheveux blonds) et, évidemment, ce n’est pas moi, donc ça a été un vrai défi pour moi. Autre chose, je dirais probablement que ce sont les longues journées. Par de longues journées, je veux parler des longues heures de préparation, des séances  photos et autres.

 

Akeza.net: Quels est ton mannequins préféré ?

 

Nobelle: Mon mannequin préféré de tous les temps est définitivement Naomi Campbell. Je l’adore et le fait qu’elle soit dans la quarantaine et qu’elle assure toujours sur les podiums, c’est juste impressionnant pour moi.

 

Akeza.net: Si tu n’étais mannequin, tu serais… ?

 

Nobelle : Un créateur de chaussures. J’aime les chaussures et j’aimerais un de ces jours concevoir mes propres chaussures.

 

La superbe Nobelle Muvyeyi , mannequin en Suède

La superbe Nobelle Muvyeyi , mannequin en Suède

 

Akeza.net: Qu’en est-il de tes futurs projets?

 

Nobelle: Je rêve d’ouvrir une école de mannequinat au Burundi mais ça devra attendre que la situation du pays aille mieux.

 

Akeza.net: Quel conseil donnerais-tu aux jeunes burundais qui ont la même passion que toi?

 

Nobelle :Le conseil que je donnerais à ceux qui veulent entrer dans le monde du mannequinat est d’abord de vraiment faire attention parce que dans cette industrie, si tu n’es pas fort / assez intelligent, les gens peuvent profiter de toi.

Le deuxième conseil est: d’être humble, gentil et positif. Personne ne veut travailler avec une personne ayant une mauvaise attitude. Si tu veux travailler avec eux à nouveau, alors assure-toi de faire une bonne impression !

Numéro 3: Exerce-toi ! C’est très important de faire des répétions. Il faut s’entrainer sur certaines poses devant le miroir. Il faut aussi s’inspirer des magazines de mode. S’entrainer à défiler est également une bonne chose.

 

 

Propos recueillis par Miranda Akim’

 

 

 

 

 

Comments

comments