Nitakula, le restaurant qui sert des plats burundais à Rennes en France

Nitakula, le restaurant qui sert des plats burundais à Rennes en France

Résidant à Rennes en France depuis 1998, Suna HAKIZIMANA pense à sa reconversion professionnelle en 2018. En collaboration avec son fils Hamdan HAKIZIMANA et sa belle-fille Myriam HAKIZIMANA, elle décide de mettre en place le restaurant « Nitakula » (je vais manger) à Rennes, le 4 septembre 2018. Le restaurant propose principalement des plats de l’Afrique occidentale et orientale et plus particulièrement du Burundi.

 

D’après Amira Djoulie, qui s’occupe de la communication pour le restaurant Nitakula, sa mère Suna HAKIZIMANA fait voyager ses convives avec sa cuisine. «Nous proposons essentiellement des plats de l’Afrique de l’Ouest car ce sont les plus connus par la communauté occidentale. Mais aussi, nous proposons des plats burundais dont le « Pilao » et « Isombe», qui sont des plats très connus en Afrique de l’Est. Nous proposons également le « Dibi » qui est de l’agneau grillé qui a différentes appellations dans d’autres pays d’Afrique », confie-t-elle.

 

 

Et d’ajouter : « Les plats les plus vendus sont leThieb (poulet) et le Mafé (sauce d’arachide)».

 

Selon Amira, au début, sa mère voulait juste essayer. Mais vu l’engouement de la clientèle et les retours positifs de ses clients, elle a décidé de continuer. « Nous avons rapidement trouvé notre public. Nous avons eu de clients d’origine variée qui voulaient découvrir la gastronomie africaine et ceux qui voulaient voyager. Il y a aussi des africains qui venaient déguster nos plats, juste pour redécouvrir leur saveur d’enfance ou de leur origine », se réjouit-elle.

 

Malgré la menace de la Covid-19, Amira fait savoir que sa mère, son grand-frère et sa belle-sœur qui s’occupent de leur restaurant Nitakula ne rencontrent pas beaucoup de difficultés parce qu’ils font la cuisine  avec dévouement et passion. « Tout d’abord nous avons beaucoup de règles d’hygiène. Pour ce qui est de la Covid-19, nous essayons de suivre les règles de distanciation sociale et de port de masques », termine-telle

 

Melchisédeck BOSHIRWA

Comments

comments