Ngabo Léonce : «C’est mieux de conscientiser la jeunesse en premier lieu, cette dernière constitue le Burundi de demain»

Ngabo Léonce : «C’est mieux de conscientiser la jeunesse en premier lieu, cette dernière constitue le Burundi de demain»

Ngabo Léonce en train de chanter.©Akeza.net

Dans le cadre  de son thème :’’cinéma au service de la réconciliation’’,le Festival International  du Cinéma et de l’Audiovisuel du Burundi(FESTICAB),est à sa deuxième tournée après la première qui s’est déroulée avec succès de novembre à décembre 2015.Ce mardi 24 mai, c’était le tour du Lycée Saint Thomas d’Aquin de Rutovu où on a projeté le film qui relate l’Histoire du Burundi de 1850-1962.Le Lycée Rutovu fait la 48ème école parmi les 60 qui seront visitées.

 Nous sommes aux environs 15h, Léonce NGABO avec ses compagnons débarquent dans la salle de projection du lycée Rutovu,là où ils sont attendus par une foule d’élèves pour suivre la projection du film ‘’Burundi de 1850-1962’’.Ce mardi c’était le tour du sud du pays en commençant par le Lycée Rutovu.L’équipe a été  chaleureusement accueillie par frère Sylvère Nimirijimana,le Directeur du Lycée St Thomas d’Aquin de Rutovu qui leur a souhaité la bienvenue et un bon séjour à Rutovu.

DSC_0591

Les élèves suivaient le film©Akeza.Net/Alexandre NDAYISHIMIYE

Souriant, Léonce débarque sur scène en chantant son chanson populaire’’Sagamba Burundi’’.Toute la salle se met débout et chante avec lui. Quelque temps après, la projection du film commence.Un silence absolu s’observe  dans la salle lors pendant la projection.

Il est important de souligner que le film parle de trois périodes très cruciales pour le Burundi entre autres la période précoloniale, la période coloniale et la période de l’indépendance.

Après la projection, les élèves ont relevé les points positifs et les points négatifs de la période coloniale par rapport au film qu’ils venaient de suivre. «La colonisation en soi a été un mal nécessaire car il y a des bonnes initiatives que les colonisateurs ont faites notamment la construction des infrastructures comme les routes et l’introduction des plantes étrangères …mais d’autre part, ils nous ont acculturés et ont aussi semé la politique de division ethnique. La leçon que je tire de ce film est que les burundais devraient rester  unis en mettant de côté la politique de division ethnique semée par les colonisateurs”, dit Ange Kelly Akimana,élève de la 3ème LM au Lycée Rutovu.

Quant à Adrien Ndayiragije de la 1ère LM, la leçon à tirer est qu’aujourd’hui les burundais ne devraient pas perdre le temps en se vengeant les uns des autres plutôt c’est le moment de la réconciliation. « Il faut que des films pareils soient aussi projetés pour montrer la vraie Histoire du Burundi, cela permettra aux burundais de se réconcilier”, ajoute-t-il.

DSC_0823

Léonce répondant aux questions des journalistes©Akeza.Net/Alexandre Ndayishimiye

Nous sommes à 18h30, Léonce Ngabo approche  la presse  pour parler de l’objectif de cette tournée dans les 60 écoles. «L’objectif de cette tournée est d’éduquer la jeunesse mais aussi leur montrer le passé afin d’appréhender le présent.  C’est mieux de conscientiser la jeunesse en premier lieu car cette dernière constitue le Burundi de demain”, déclare Léonce Ngabo à la presse.

Des suggestions émises

Dans leur ensemble, les élèves qui ont intervenu demandent que ce film soit projeté dans toutes les écoles en plus des 60 écoles ciblés. Ils demandent aussi la projection de la deuxième partie de ce film relatant cette fois-ci l’histoire du Burundi de 1962 à 1993.

Signalons que certaines autorités comme Térence Mbonabuca du ministère de l’intérieur et de la formation patriotique, Landry Sibomana, conseiller en communication et information à la présidence, Dieudonné Ndizeye du ministère de l’éducation, de l’enseignement supérieur et de  la recherche scientifique et le représentant de la Directrice de la coopération suisse étaient présentes.

Alexandre NDAYISHIMIYE

Comments

comments