Nelson Niyakire, le peintre des spirales.

Nelson Niyakire, le peintre.©Chris Schwagga

Nelson Niyakire, le peintre.©Chris Schwagga

 

Licencié en psychologie clinique à l’Université Lumière de Bujumbura, Nelson NIYAKIRE nous a faits savoir que la psychologie l’aide à écouter les gens, à agencer les couleurs et à créer des tableau avec un style que les gens peuvent comprendre.

 

Akeza.net : qu’est ce qui a déclenché cet amour de l’art chez toi?

 

Nelson: disons que c’est ma famille. J’ai grandi en voyant beaucoup de tableaux d’art accrochés aux murs de notre maison, mais aussi mon père était un grand passionnée de la photographie, ce qui fait qu’il y’avait chez nous pas mal de livres d’arts.

 

Akeza.net : à quel moment précis as-tu commencé à faire de la peinture?

 

Nelson : depuis tout petit (rires…).Quand j’étais encore petit, je dessinais tout le temps sur les murs de la maison, et mes parents ne me grondaient jamais. Ils me laissaient faire, (les derniers je les ai effacé récemment), mais c’est en 2007 que j’ai demandé à ce que l’on m’achète du vrai matériel de peintre. J’étais un peu plus grand j’allais dans tous les expositions pour voir ce que les autres artistes font. Par après j’ai intégré le Collectif Maoni en 2011.

 

Akeza.net :n’as-tu pas été impressionnes par les autres artistes lorsque tu as intégré le collectif Maoni?

 
Nelson : beaucoup même, mais ce qui m’as plu c’est que chacun avait sa particularité, son propre style, donc il n’y avait aucune compétition.

 

Akeza.net : parle-nous un peu de ta première exposition…

 

Nelson: Celle-là, je m’en rappellerai toute ma vie (rire). Le premier commentaire que j’ai eu c’était  »oh que c’est moche! » Au lieu de me vexer, cela m’a fait rire. C’est vrai j’ai beaucoup adoré ce commentaire. A ce moment-là, je me suis rendu compte que j’étais vraiment arrivé dans la cours des grands. Ca fait plutôt du bien d’entendre une critique d’une personne qui s’y connait en art.

 

Akeza.net : chaque artiste a son style, de quoi le tien est-il fait ?

 

Nelson: après ma première expo, j’ai essayé d’exploiter un nouveau style en utilisant des spirales dans tous ce que je fais. En plus, j’essaie de créer ce que les burundais aiment c’est à dire le figuratif, tout en gardant mon identité.

 

Akeza.net : dans combien d’expo as-tu déjà participé?

 

Nelson : une dizaine, la majorité avec le Collectif Maoni .Je m’apprête à faire une expo en solo (du 12 février au 3 mars).Je me sens prêt personnellement et artistiquement. Je veux par-là montrer aux gens ce que je vaux en tant qu’artiste peintre, surtout que c’est une expo sans sponsor.

 

Akeza.net : quels sont tes projets future en tant qu’artiste?

 

Nelson: Eh bien, si possible exposer à l’étranger, essayer d’exporter l’art burundais. Je vais commencer par des pays voisins tels que le Congo et le Rwanda.

 

Akeza.net : Un conseil pour d’autres artistes qui se cherchent encore?

 

Nelson: qu’ils ne cherchent pas à être quelqu’un d’autre, plutôt qu’ils osent car ce qui ne te tue pas te rend plus fort ». C’est cela ma devise. Si une personne veut se lancer qu’il n’ait pas peur et qu’il n’écoute pas trop les critiques de l’extérieur.

 

 

  Affiche annoÇant l' exposition de Nelson Niyakire, à l' IFB.(www.akeza.net)


Affiche annoÇant l’ exposition de Nelson Niyakire, à l’ IFB.(www.akeza.net)

 

Oeuvre de Nelson NIYAKIRE.(www.akeza.net)

Oeuvre de Nelson NIYAKIRE.(www.akeza.net)

 
Propos recueillis par Alex KEZA

Comments

comments




Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée.