Naomi Leila IRAKOZE : « Permettre aux gens de communiquer avec Dieu »

Naomi Leila IRAKOZE : « Permettre aux gens de communiquer avec Dieu »

Chanteuse et compositrice chrétienne, Naomie Leila IRAKOZE ©Akeza.net


Chanteuse et compositrice chrétienne, Naomi Leila IRAKOZE est une vraie passionnée de musique. Elle, que la musique accompagne depuis sa tendre enfance, a décidé de finalement faire carrière et sortir son premier morceau dans quelques jours. Avec un message de foi et une voix captivante, la chanteuse désire avant toute chose, apporter la vie au public à travers ses chansons.

 

Un parcours en musique

Comme de nombreux artistes, l’histoire de Naomi Leila avec la musique commence très loin dans son enfance. Une belle histoire qui part du giron familial à la sphère religieuse. « Depuis toute petite, il y a toujours eu la musique à la maison. Presque toute ma famille maternelle a fait partie d’une chorale et mon père aimait beaucoup la musique. Mon père avait toujours des cassettes de zouk ou de techno. Je me rappelle qu’à chaque fois qu’on allait chez ma grand-mère maternelle, à l’intérieur du pays, on s’asseyait et on chantait les chansons du cantique. Chanter a toujours fait partie de mon enfance », nous raconte Naomi Leila.

Bercée par la musique, la jeune enfant ne se voyait pas forcément faire carrière. Mais au fil des ans, le désir de se lancer dans la musique s‘est peu à peu formé. « J’allais à l’église anglicane de Kinindo et il y avait une section « Sunday School » (école du dimanche) dans laquelle il y avait une chorale pour les petits enfants. Je faisais partie de cette chorale mais je ne me voyais vraiment pas continuer dans le monde musical. C’était une passion, un passe-temps. A un certain moment, je m’y suis mise sérieusement. J’ai commencé à chanter dans une cellule de prière à Kinindo et c’est là que j’ai débuté à chanter devant un public. C’était vers 2007-2008. Ensuite je suis devenue responsable de la chorale de l’église dans laquelle je priais à cette époque et encore aujourd’hui à Oasis Christian Center », nous confie-t-elle.

Lire aussi : Victory Music Band, le nouveau-né du gospel burundais

Pour Naomie Leila, chanter est le meilleur moyen d’expression. « Je ne suis pas du genre à beaucoup parler, même lorsque je suis entourée. Et chanter est le meilleur moyen pour moi de m’exprimer, de partager ce que je ressens », nous dit-elle.

Entre sa décision de se lancer dans la musique et son premier morceau, il s’est passé plus d’une dizaine d’années. Des années au cours desquelles elle s’est consacrée à la musique dans le cadre restreint de son église. Mais également en travaillant avec certains artistes gospel burundais dont Chris Aury Nishimwe ou encore Fabrice Nzeyimana qui était son leader dans la chorale.

Lire aussi : « Reveal Jesus », donner un coup de pouce aux chanteuses gospel du Burundi

Ne pas se limiter à ce qui parait

En 2018, après des années à écrire des chansons et à travailler au sein de la chorale de son église, Naomi Leila IRAKOZE décide de sortir son premier morceau. Intitulé « Rema muri je », la chanson s’inspire du Psaume 51-10 et est une prière pour la pureté du cœur. « J’ai commencé à comprendre que Dieu ne va jamais apprécier ce que j’ai fait extérieurement si je n’ai pas la bonne attitude à l’intérieur. Je pourrai être hypocrite, les gens ne pourront rien voir mais Dieu va toujours voir ce que j’ai à l’intérieur. J’ai eu plus la crainte de Dieu. Mais je me suis dit que si je fais de bonnes choses pour que les gens m’admirent et qu’au fond Dieu n’est pas satisfait de ce que je fais, à quoi bon le faire ? Cela était comme une prière demandant à Dieu un cœur sincère avec lui. Une sincérité de laquelle découleront mes actes. C’est ce qui m’a motivé et inspiré à écrire cette chanson », confie la chanteuse.

Pour ce morceau produit par Chris Aury Nishimwe pour le studio NCA, Naomie a travaillé avec plusieurs artistes locaux. Notamment Adonis à la guitare, Regis à la basse et Chriss Aury au piano. Elle a également pu compter sur la participation du duo Fofo et Teddy qui habituellement accompagnent le chanteur Masezerano. Une équipe d’artistes de talent pour un résultat original.

Et même si la plupart des artistes lancent leur carrière avec des chansons de louanges et d’adoration, Naomi Leila a fait le choix de partager ce qu’elle vit au quotidien. « La raison pour laquelle je veux partager ce morceau, c’est parce que je veux partager ce que je vis au quotidien. Il y aura des chansons de louange et d’adoration mais également des chansons où l’on souhaite parler sincèrement à Dieu. C’est comme ça que je suis. C’est vraiment différent de ce que l’on a l’habitude d’entendre mais je reste confiante que vous pourrez l’écouter et que vous vous y retrouverez », nous dit-elle.

Une attitude qui illustre assez clairement sa volonté d’aider le public à s’approcher de Dieu. « Je voudrai qu’au travers de mes chansons, les gens puissent avoir une communication avec Dieu. Comme avec les chansons d’Apollinaire que l’on chante aujourd’hui partout, je voudrai que chaque personne puisse s’y retrouver. Que ce soit des chants qui ne sont pas fait que pour des évènements mais des chants du quotidien qui peuvent être chantés par n’importe qui, n’importe où et à n’importe quel moment », nous confie-t-elle.

« Rema muri je » sera donc le premier d’une longue série de chansons profondes. Elle devrait trouver une oreille attentive et remplir la mission pour laquelle elle a été écrite. Sa sortie (ou ses sorties, devrait-on dire), est prévu pour le mercredi 27 février pour la version audio et le dimanche 3 mars pour la version vidéo.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments