Musique : RFM se lance dans la promotion des modèles de la musique burundaise

Musique : RFM se lance dans la promotion des modèles de la musique burundaise

Excellent NIMUBONA, directeur de la RFM ©Akeza.net

Investie dans la promotion des artistes depuis bien longtemps, la Radio Fréquence Média, l’une des radios les plus suivies de la capitale burundaise, lance un nouveau concept. Ce nouveau concept nommé « Création et Promotion des modèles de la musique burundaise » a été présenté aux professionnels des médias, aux artistes musiciens et aux acteurs du monde de la musique burundaise ce jeudi 13 décembre 2018, lors d’une conférence de presse qui s’est tenue au Pacha Club. Une cérémonie qui a aussi primé 6 artistes jugés modèles de la société burundaise par la RFM.

« Nous avons de nombreux artistes qui depuis plusieurs années font de bonnes choses, font la fierté du pays mais qui manquent de reconnaissance. Les artistes ne sont pas reconnus pour ce qu’ils ont fait ou font encore et qui sont des modèles pour la société, pour les jeunes ». Voici les mots qui marquent les débuts de la présentation d’Excellent NIMUBONA, directeur de la RFM.

En effet, c’est motivé par le souci de rendre aux artistes burundais leurs lettres de noblesse que la RFM a eu l’initiative de lancer ce nouveau concept. Un concept qui devrait mettre en avant les artistes musiciens burundais.

Lire aussi : Musique : Tour d’horizon sur les premières sorties de décembre 2018

Dans un pays à forte tradition orale, la musique est le canal par excellence de transmission et conservation des us et coutumes burundaises. Des traditions qui pourraient être perdues si l’on ne s’emploi pas à les conserver notamment à travers le travail des artistes qui s’inspirent de la tradition pour faire leur musique. Le concept est donc un moyen de vulgariser, de promouvoir et de conserver la culture et les traditions burundaises par la musique.

Approuvé et soutenu par le ministère de la jeunesse, des sports et de la culture, le projet de la RFM vise à non seulement aider les artistes dans la promotion de la musique mais aussi la revalorisation des artistes en faisant d’eux des partenaires à part entière dans l’élaboration de la politique culturelle du Burundi. Une forme de plaidoyer en faveur de ses artistes en manque de reconnaissance.

L’une des premières actions qui lance ce nouveau concept est la désignation des artistes actifs qui marquent et qui influencent la société burundaise ces 10 dernières années. Un travail fait en collaboration avec les professionnels du monde musical, entre autre les animateurs et journalistes culturels. 6 artistes ont été désignés à savoir Big Fizzo, Lolilo, Natacha La Namba, Sat-B, Vichou Love (Peace and Love) et Kidum qui a même une mention spéciale. Des artistes reconnus pour leur importance dans la promotion de la musique et de la culture burundaise ces 10 dernières années. Des certificats seront remis aux artistes. « Nous en tant que radio, nous les considérons comme des modèles de la musique burundaise pour la génération actuelle. Nous demandons également à d’autres média de les considérer comme tel afin que ces artistes comprennent qu’ils sont l’une des bibliothèques que le Burundi possède et qu’ils ont des responsabilités envers la nouvelle génération et qu’ils sont le miroir de la société. C’est pour cette raison que nous donnons ces certificats », explique Excellent NIMUBONA.

Lire aussi : Protection des droits artistiques, une responsabilité commune

Notons qu’en plus de la désignation de ses 6 artistes, la RFM, toujours en collaboration avec les autres professionnels des médias procédera à la désignation des « Monuments de la musique burundaise ». Des artistes dont l’œuvre aura laissé une trace indélébile dans la musique burundaise.

Si les acteurs du monde de la musique accueillent avec satisfaction ce geste de la RFM, ces derniers n’ont pas oubliés de remettre sur la table les questions importantes qui touchent les artistes. Ces questions concernent le soutient des artistes par les instances publiques, les droits d’auteurs ou encore le financement des activités.

Pour la RFM, la reconnaissance des artistes est le premier pas de cette marche vers plus de promotion et de protection des artistes dans leurs droits. Par ailleurs, la RFM fait lance un appel à tous les acteurs de l’univers de la musique au Burundi pour un travail en synergie. Un grand projet qui aura besoin de l’aide et du travail de tous, aussi bien des médias, des artistes que des institutions étatiques.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments