Musique : L’écurie Bantu Bwoy frappe fort avec « Sugua »

Musique : L’écurie Bantu Bwoy frappe fort avec « Sugua »

Cela fait un moment que Bantu Bwoy, le label cher à Big Fizzo multiplie les belles performances. Ce qui dénote le bon état d’esprit qui règne au sein de l’écurie. Alors que la ville tourne encore au rythme de « You » ou encore de « Washa », Big Fizzo et ses poulains nous gratifient d’un nouveau morceau.  De quoi secouer le « Game » burundais en cette rentrée. Le label semble bien se porter et même très bien.

Sorti samedi dernier, « Sugua » est le dernier né des studios de Bantu Bwoy. Réunissant toutes les têtes du label avec en invité le chanteur Ellis Boy, ce morceau vient gonfler les rangs des dernières sorties du label qui connaissent de réel succès. Il y a quelques semaines,  Big Fizzo sortait le morceau « You » que le public a accueilli de la plus belle des manières. Peu avant cette sortie, c’est le jeune Kirikou A-Kili qui nous gratifiait de son « Washa », un banger  dans lequel le jeune rappeur nous fait étalage de son talent. Et alors que le public se délecte encore de ces dernières sorties, voici que « Sugua » fait son arrivée. Serait-ce une façon pour Big Fizzo de confirmer la suprématie de son label sur le Buja Fleva ? Difficile de l’affirmer. Toujours est-il qu’il semble prendre une réelle position de leader.

Ce nouveau morceau qui semble remplir les conditions pour être un hit, il a un atout de taille de son côté. Celui de bénéficier d’un clip vidéo de qualité à la hauteur de la concurrence dans la sous-région. On devra saluer le travail de John Elarts, réalisateur maison du label, qui au fil du temps se confirme comme l’un des meilleurs dans le « Game » burundais. Avec un clip de cette qualité, « Sugua » effectue l’un des meilleurs démarrages pour un clip burundais sur YouTube avec plus de 31.000 vues en 48h. De quoi rendre Big Fizzo fier.

Voici là une rentrée en force pour le label de Big Fizzo qui prend une belle option sur la course au leadership du Buja Fleva. Pourvu que cela dure !

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments