Musique : Le Chœur Harmonique du Burundi se présente au public de Bujumbura

Musique : Le Chœur Harmonique du Burundi se présente au public de Bujumbura

Il y a un peu moins d’une année naissait à Bujumbura, le Chœur Harmonique du Burundi. Ce qui n’était qu’une simple idée dans l’esprit de Steve Chako et Olivier Kaseba, initiateur du groupe, va très vite devenir une réalité. Et en moins de temps qu’il faut pour s’en rendre compte, c’est une trentaine de jeunes femmes et hommes qui durant des mois se retrouvent dans les enceintes de l’école Stella Matutina pour répéter et s’exercer à ce qui les passionnent tous, la musique. Ce travail de longue haleine aura abouti à la construction d’un spectacle. Une sorte de carte de visite que le Chœur Harmonique a présentée au public de Bujumbura le samedi 2 novembre dernier à l’IFB. Et le moins que l’on puisse dire, c’est que ces jeunes ont du talent à revendre.

On ne sait pas trop à quoi s’attendre lorsque l’on entre dans la salle de spectacle du Burundi. Est-ce une chorale traditionnelle ? Vont-ils  chanter un opéra ou est-ce encore une nouvelle comédie musicale ? Autant de questions auxquelles s’apprêtait à répondre le Chœur Harmonique du Burundi. Inconnu du public, nouveau dans l’arène musical burundais, l’occasion était donné à cette trentaine de chanteurs et instrumentistes de montrer de quoi ils étaient capables. Mais surtout de donner un aperçu de la « nouvelle offre musicale » qu’ils font aux amoureux de la musique.

D’entrée de jeu, le chœur accueille le public avec une série de chansons classiques et de chants lyriques parmi les plus célèbres. Du célèbre « Ô Fortuna » de Carl Orff à l’hymne de l’UEFA en passant par le « Lacrimosa de Mozart », c’est un enchainement mélodieux qui aura rythmé la première partie de ce concert. Rappelons que dans le souci de promouvoir les jeunes talents, le chœur a repris le « Canon in D » de Johann Pachelbel qui sera joué au piano par 2 jeunes enfants. Le tout accompagné d’un trio de violonistes et d’un flûtiste. Une vraie ambiance d’opéra.

Le concert s’est poursuivi avec la reprise de certains des grands succès de slow music. Notamment le « I will always love you » de la célèbre Withney Houston, repris pour l’occasion par Blaise Eloi DUSABE (2ème à la Primusic 2019) ou encore « Say Something » de Justin Timberlake et Chris Stapelton. Des morceaux revisités, de façon chant lyrique qui faisait bel écho dans cette salle de spectacle de l’IFB timidement remplie.

Ne s’arrêtant pas là, le chœur a poursuivi son récital en virant presque brutalement vers une musique plus urbaine avec des sonorités plus actuelles. On aura écouté « Telenovela » de Kidum ou encore le fameux « Wahamba Nati ». Le concert monte de plus en plus en chaleur pour se terminer sur une séquence de louange populaire congolaise. Des chansons qui ont bien fait danser le public.

Au final le Chœur Harmonique du Burundi aura réussi à présenter une palette de musiques aussi variées qu’intéressantes. Tout en offrant un aperçu du talent burundais en matière de chant lyrique et classique. Avec ce concert, le chœur affirme sa volonté d’apporter une autre forme de musique, une autre utilisation des capacités musicales, bien loin de ce que l’on a l’habitude de voir. Des débuts prometteurs pour des jeunes qui veulent, au-delà de toute chose, exprimés leur passion pour la musique.

 

Moïse MAZYAMBO

Comments

comments